Actualités

2 février 2018

Deux journalistes mystérieusement abattus dans le sud-ouest du Guatemala

Le journaliste Laurent Castillo
Les corps des journalistes Laurent Castillo et Luis Alfredo de León ont été retrouvés dans le sud-ouest du Guatemala. RSF demande aux autorités d’ouvrir au plus vite une enquête pour faire toute la lumière sur ce crime odieux.

Le reporter Laurent Castillo, correspondant du quotidien Nuestro Diario à Coatepeque, et Luis Alfredo de León, qui collaborait avec la Radio Coatepeque, ont été assassinés. Leurs corps ont été retrouvés ce jeudi 1er février, ligotés et avec une balle dans la tête, par des agriculteurs d’une plantation de canne à sucre proche de la ville de Santo Domingo, dans le département de Suchitepéquez, situé dans le sud-ouest du pays.


D’après les informations des médias locaux, les deux journalistes étaient partis ensemble de Coatepeque pour couvrir un événement du Carnaval de Mazatenango, non loin de l’endroit où leurs corps ont été retrouvés et identifiés.


Les mobiles de ce double meurtre restent à ce jour inconnu. Selon une source proche de la famille de Laurent Castillo, citée par le quotidien Prensa Libre, le journaliste avait récemment changé de téléphone après avoir reçu nombreux appels pour lui extorquer de l'argent, cependant il n’aurait reçu aucune menace de mort. Les reportages de Laurent Castillo concernaient surtout les rubriques sportive et culturelle.


« Reporters sans frontières exhorte les autorités à conduire une enquête exhaustive et à ne pas écarter la piste professionnelle, a déclaré Emmanuel Colombié responsable du bureau Amérique latine de l’organisation. La presse guatémaltèque, dans un pays marqué par la violence, est particulièrement vulnérable. La création d’un mécanisme national de protection des journalistes, que RSF demande depuis plusieurs années, doit être une priorité du gouvernement”.


En 2015 déjà, deux journalistes, Danilo Lopez et Federico Salazar, avaient été assassinés dans cette même région. Le député Julio Juárez, soupçonné d’être le commanditaire du crime est actuellement en détention préventive.


Le Guatemala se situe à la 118ème place sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse publié par RSF en avril 2017.