Actualités

22 septembre 2021

Colombie : RSF demande une enquête exhaustive après l’assassinat du journaliste Marcos Efraín Montalvo Escobar

Fuente: Twitter Alcaldía de Tuluá - @AlcaldiaDeTulua
Reporters sans frontières (RSF) déplore la mort du journaliste Marcos Efraín Montalvo Escobar, assassiné dans le Valle del Cauca, un département particulièrement dangereux pour la presse. L’organisation appelle les autorités colombiennes à mener impérativement une enquête exhaustive afin d’identifier les commanditaires de cette exécution.

Le journaliste colombien Marcos Efraín Montalvo Escobar, 68 ans, a été tué par balle à Tuluá, une municipalité du département de Valle del Cauca, au sud-ouest du pays, dans la soirée du dimanche 19 septembre. Alors qu’il faisait des courses dans le quartier Esperanza, un individu l’a abordé puis a ouvert le feu sur lui avant de rejoindre un complice et de prendre la fuite à moto, comme en témoignent les images de caméras de surveillance. Gravement blessé, Marcos Efraín Montalvo Escobar a succombé à ses blessures quelques minutes seulement après l’attaque. 


Un éditorial publié dans le journal Diario Occidente affirme que ses articles lui avaient valu, récemment, de recevoir des menaces.  Selon plusieurs de ses proches consultés par RSF, Marcos Efraín Montalvo Escobar était un fin connaisseur de la vie politique locale et dénonçait régulièrement, et avec véhémence, la corruption de la classe dirigeante et les violences dans la région.


Les autorités locales ont annoncé l’ouverture d’une enquête, sans avancer de piste privilégiée dans leurs recherches. 


“Nous exhortons les autorités locales à mener une enquête exhaustive sur l’assassinat du journaliste Marcos Efraín Montalvo Escobar et à ne négliger sous aucun prétexte la piste professionnelle, déclare le directeur du bureau Amérique latine de RSF, Emmanuel Colombié. La vulnérabilité des journalistes travaillant dans le département de Valle del Cauca est extrêmement préoccupante. Les autorités locales comme nationales doivent impérativement y garantir la sécurité des acteurs de l’information, dont le travail est vital pour les populations.


Marcos Efraín Montalvo Escobar était un journaliste chevronné, connu et reconnu pour son professionnalisme. En plus de 40 ans de carrière, il avait collaboré avec de nombreux titres locaux et nationaux, et notamment de presse écrite comme El Calenõ, Dario Occidente, El País de Cali et l’hebdomadaire El Tabloide de Tuluá. Il avait également fondé les journaux El Reportero, La Variante, El Otro et El Picacho, et travaillé pour les radios RCN et pour le programme Alerta Valle del Cauca de Radio Reloj de Caracol. Devenu indépendant, il commentait depuis quelques années, sur sa page Facebook, l’actualité locale à Tulua et dans la région. 


Le département de Valle del Cauca est depuis plusieurs années le théâtre de nombreux conflits terriens et d’affrontements violents entre groupes armés (ex-FARCS, ELN, Clan del Golfo), de narcotrafiquants et l’armée. Selon l'organisation Indepaz, pour la seule année 2021, 12 leaders sociaux ont été assassinés et quatre massacres ont eu lieu dans ce département qui, avec ceux de Chocó, Cauca et Nariño, enregistre les plus hauts niveaux de violence du pays. 


Lors des deux dernières années, de multiples épisodes de violences contre la presse y ont été observés. En avril 2021, le journaliste indépendant Luis Carlos Ayala a survécu à une tentative d’assassinat à Cali, capitale du département. Dans la même ville, le 21 décembre 2020, Felipe Guevara, journaliste pour le quotidien Q'hubo, était assassiné. Le Valle del Cauca et en particulier Cali, a été l'un des épicentres des protestations lors de la récente grève nationale, pendant lesquelles la FLIP (Fondation pour la liberté de la presse) et RSF ont recensé environ 68 cas d'attaques contre les médias. Entre 2019 et 2020, cinq journalistes du département ont été menacés puis contraints à l’exil. Depuis le début de l’année 2021, au moins 77 cas d’attaques contre les journalistes y ont été observés, selon la FLIP.


La Colombie occupe le 134e rang sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2021