Actualités

4 novembre 2011 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Charlie Hebdo contraint de fermer sa page Facebook


Charlie Hebdo, qui vient de récupérer ses droits d’administrateur sur son compte Facebook, a suspendu cet après-midi sa page officielle, sur laquelle des milliers de messages injurieux et hostiles avaient été postés. N'ayant pas eu la possibilité de modérer les contributions extérieures pendant plus d’une journée, la rédaction de l'hebdomadaire a affirmé n'avoir pu sauver "l’épave qu’est devenue la page Charlie Officiel". Cette suspension devrait néanmoins être temporaire. La page “personnelle” de Charlie Hebdo a quant à elle été supprimée par Facebook.

---------------------------------------------------------------------------------------------
Facebook prêt à bloquer la page de Charlie Hebdo : “Le sacrilège de la censure sur un réseau social”

04.11.11

Reporters sans frontières dénonce la menace de Facebook de fermer la page de Charlie Hebdo sur le réseau social, suite à la publication de sa dernière Une, Charia Hebdo. Il a déjà supprimé les droits d’administration du compte aux membres de la rédaction du journal. L’organisation appelle l’entreprise à renoncer à la censure.

Facebook vient en effet de découvrir bien opportunément que Charlie Hebdo “n'est pas une vraie personne", ce qui contrevient aux règles d’utilisation du site. L’administrateur de la page Facebook de l’hebdomadaire français a également reçu un message d’avertissement de la part du réseau social: “Le contenu que vous avez publié sur Facebook a été supprimé en raison d’une infraction à la Déclaration des droits et responsabilités publiée sur Facebook. Les publications avec des contenus graphiques, sexuellement explicites ou avec des corps trop dénudés sont interdites sur Facebook. Ce message est un avertissement. Une autre infraction de votre part pourrait entraîner la résiliation de votre compte.”

Reporters sans frontières note le décalage entre le message de Facebook, qui reproche au journal de publier des “corps dénudés”, et la Une de Charlie Hebdo. Nous ne pouvons que regretter une prise de position qui donnerait raison aux ennemis de la liberté d’expression, et qui laisse perplexe quant aux réelles motivations du réseau social sur la fermeture de ce compte.

Pour le moment, aucun contenu ne semble avoir été supprimé. La page de Charlie Hebdo reste accessible aux internautes, mais non à son responsable. De fait, le journal satirique ne peut plus l’alimenter, ni bloquer les commentaires extrémistes, haineux ou menaçants, l’administrateur de la page ne pouvant pas désactiver les contributions extérieures.

Il est extrêmement préoccupant de constater que le réseau social semble verser du côté de la censure et de l’entrave à la liberté d’informer. Facebook avait déjà fermé des pages de dissidents, comme celle de Michael Anti (alias Jing Zhao) en Chine, ou celle du groupe Facebook "We are all Khaled Said" en Egypte, sous prétexte que les administrateurs de ces comptes n'utilisaient pas leur vrai nom.

La fermeture de la page de Charlie Hebdo par Facebook serait un signe lourd de conséquences pour les journalistes, blogueurs ou militants d’Internet, qui risquent désormais de s’autocensurer.

L’hebdomadaire satirique a, de son côté, ouvert un blog.