Actualités

1 octobre 2021

Cambodge : un journaliste condamné à un an de prison moins de deux jours après son arrestation

Youn Chhiv a récemment publié une enquête sur des expropriations foncières dans les villages et les plantations du district de Kiri Sakor (photo : "យួន ឈីវ" / Facebook - RSF).
Directeur d’une agence de presse locale du sud du pays, Youn Chhiv est la victime de représailles politiques après la publication d’une enquête qui dénonce des expropriations foncières. Reporters sans frontières (RSF) dénonce une parodie de justice qui ne répond qu’au diktat de la caste au pouvoir.

Difficile d’envisager une justice plus expéditive. Directeur de l’agence de presse locale Koh Kong Hot News, basé dans le sud-ouest du Cambodge, le journaliste Youn Chhiv a été arrêté par la police pour un interrogatoire, mardi 28 septembre. Il n’aura pas fallu plus de deux jours pour qu’il soit condamné, jeudi, par un tribunal provincial à un an de prison et deux millions de riels d’amende (environ 420 euros), pour “incitation aux troubles à l’ordre public” - et ce, sans même la présence d’un avocat.


En fait d’incitation aux troubles, Youn Chhiv a récemment publié une enquête sur des expropriations foncières dans les villages et les plantations du district de Kiri Sakor, dont il est lui-même résident. Une enquête à l’issue de laquelle le journaliste a accusé le vice-gouverneur de la province, Sok Sothy, d’avoir fait preuve de “cruauté” en “trompant les citoyens”. C’est sur ces deux seules expressions, tirées du reportage de Youn Chhiv, que repose toute l’accusation.


Cité par la radio Voice of Democracy (VOD), le porte-parole du ministère public, Vei Phirum, décline tout vice de procédure en avançant que l’enquête préalable à cette condamnation a été menée “pleinement et entièrement”.


“Arrestation arbitraire, instruction inexistante, jugement en l’absence d’un avocat... Youn Chhiv est la victime d’une justice d’opérette qui répond exclusivement à des préoccupations politiques, déplore le directeur du bureau Asie-Pacifique de RSF, Daniel Bastard. Nous appelons les juges du tribunal de Koh Kong à revenir immédiatement sur ce jugement inique afin de redonner un semblant de crédibilité à l’appareil judiciaire cambodgien. Les journalistes qui tentent de faire leur travail doivent cesser d’être les victimes des petits arrangements de la caste politique au pouvoir.”


Dans un enregistrement audio, dont VOD a pu vérifier l’authenticité, le ministre de la Défense, Tea Banh, par ailleurs dirigeant régional du parti au pouvoir, a directement réagi à l’enquête publiée par Youn Chhiv. On l’entend ainsi ordonner à plusieurs hauts fonctionnaires de la province de Koh Kong de punir le journaliste.


Dans le même enregistrement, le dignitaire demande également à des responsables de l’agence de presse pro-gouvernementale Fresh News de décrédibiliser le travail de Youn Chhiv.


Le Cambodge se situe à la 144e place sur 180 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF.