Actualités

20 juillet 2009 - Mis à jour le 8 juin 2019

Assassinat de Natalia Estemirova : Reporters sans frontières partage la douleur des proches de la défenseur des droits de l’homme


C’est avec une profonde tristesse et un grand sentiment de révolte que Reporters sans frontières a appris, le 15 juillet 2009, l’assassinat de Natalia Estemirova (photo RAW in war et AFP), représentante de l’organisation non gouvernementale Mémorial à Grozny (Tchétchénie). Natalia Estemirova avait été enlevée le matin dans la capitale tchétchène. Son corps a été retrouvé dans la République voisine d’Ingouchie.

“Nous saluons le courage et l’engagement exemplaires de Natalia Estemirova. Nous avons à l’esprit le malheur des ses proches, et souhaitons partager avec eux un moment de recueillement à la mémoire de la défenseur des droits de l’homme et ancienne journaliste”, a déclaré Reporters sans frontières qui a participé à un rassemblement en son hommage à Paris, le 17 juillet.


“Aux autorités russes, nous rappelons que la population du Caucase est livrée à la violence et aux exactions et qu’elles doivent se saisir du problème. Il leur appartient de condamner publiquement ce crime et de démontrer réellement leur volonté de lutte contre l’impunité. L’assassinat d’une militante des droits de l’homme enlevée en plein Grozny, alors que la sécurité est ‘censée’ être réinstaurée en Tchétchénie révèle qu’en dépit des déclarations optimistes, la question du Caucase n’est pas réglée”, a poursuivi l’organisation de défense de la liberté de la presse.

En mars 2009, Reporters sans frontières a réalisé une mission d‘enquête dans trois Républiques du Caucase russe. Natalia Estemirova a été en cette occasion une interlocutrice précieuse et avait contribué au bon déroulement de ce déplacement. Son témoignage a renforcé la conviction de l’organisation que le Caucase était au bord du chaos et que les défenseurs des droits de l’homme, comme elle, se substituaient avec courage, à une presse indépendante en voie de disparition.

Oleg Orlov, collaborateur de Memorial en Tchétchénie, a accusé le président tchétchène Ramzan Kadyrov d’avoir commandité le meurtre de Natalia Estemirova. Le président ne lui a jamais caché son hostilité et qu’il l’avait même menacé publiquement. Ramzan Kadyrov a entamé des poursuites judiciaires contre Oleg Orlov en raison de ces accusations qu’il qualifie de « bizarres ». Memorial a décidé, le 18 juillet, en raison de l’insécurité, de suspendre temporairement ses activités en Tchétchénie.

Natalia Estemirova était une collaboratrice renommée de l’ONG Mémorial. Ancienne journaliste, elle dénonçait avec courage les violations des droits de l’homme en Tchétchénie. Elle avait contribué à la couverture du conflit. Lauréate de nombreux prix, elle avait également été nominée pour le Prix Sakharov décerné par le Parlement européen, en 2004.