Actualités

10 juin 2014 - Mis à jour le 7 octobre 2016

Assassinat d’Anna Politkovskaïa : justice n’est pas encore faite


Reporters sans frontières prend acte des sentences prononcées le 9 juin 2014 à l’encontre des cinq individus reconnus coupables de l’assassinat de la célèbre journaliste Anna Politkovskaïa en 2006. L’exposé des peines fait suite au verdict prononcé par un tribunal de Moscou le 22 mai dans cette affaire (voir ci-dessous). Le tireur, Roustam Makhmoudov, et l’un des organisateurs de l’assassinat, Lom-Ali Gaïtoukaïev, ont été condamnés à la prison à vie. Trois complices, Sergueï Khadjikourbanov, Djabraïl Makhmoudov et son frère Ibraguim Makhmoudov, ont reçu des peines de respectivement vingt, quatorze et douze ans de prison. Un sixième protagoniste, Dmitry Pavlioutchenkov, avait déjà été condamné à onze ans d’emprisonnement en décembre 2012.


“Ces condamnations constituent un pas longtemps attendu vers la justice, déclare Johann Bihr, responsable du bureau Europe de l’est et Asie centrale de Reporters sans frontières. Que près de huit ans aient été nécessaires pour y parvenir devrait néanmoins pousser la justice à s’interroger. Et surtout, les commanditaires de cet assassinat lourd de conséquences pour toute la profession restent en liberté. Justice n’a pas encore été faite : l’enquête doit impérativement se poursuivre avec toute la détermination nécessaire.”


---------


22.05.2014 - Assassinat d’Anna Politkovskaïa : cinq accusés reconnus coupables, les commanditaires courent toujours


L’implication de cinq accusés dans la planification et l’exécution du meurtre de la journaliste Anna Politkovskaïa en octobre 2006 a été reconnue le 20 mai 2014 par un tribunal de Moscou. Ont été déclarés coupables le chef mafieux Lom-Ali Gaïtoukaïev, et ses trois neveux, Roustam, Ibraguim et Djabraïl Makhmoudov, ainsi qu’un ancien fonctionnaire du ministère de l’Intérieur, Sergueï Khadjikourbanov. Alors que les commanditaires restent à ce jour inconnus et le mobile non déterminé, la commission d’enquête a déclaré poursuivre son investigation. Les délibérations pour déterminer les sentences à infliger aux cinq hommes, débutées le 21 mai, ont été reportées au 27 mai.


La journaliste d’investigation, Anna Politkovskaïa, correspondante du média indépendant Novaya Gazeta, a été tuée par balles dans la cage d’escalier de son immeuble à Moscou le 7 octobre 2006. Elle était célèbre en Russie comme à l’étranger pour ses reportages sans concession sur le Caucase et ses positions critiques vis-à-vis du Kremlin. Son meurtre est désormais le symbole de la répression de la liberté d’information en Russie et de l’impunité des crimes contre les journalistes.


C’est avec soulagement que Reporters sans frontières a pris connaissance de ce verdict. Pour autant, cette inculpation ne marque qu’une infime étape dans l’élucidation du meurtre d’Anna Politkovskaïa” déclare Lucie Morillon, directrice de la recherche de Reporters sans frontières. “Tous les accusés ont été reconnus coupables, mais tous les criminels de cette affaire n’ont pas été encore jugés. Huit ans après le meurtre d’Anna Politkovskaïa, il est essentiel que la commission d’enquête poursuive son investigation de manière indépendante afin que les commanditaires répondent de leurs actes devant la justice.


Le 20 mai 2014, les jurés du tribunal de Moscou ont reconnu coupables Sergueï Khadjikourbanov et Lom-Ali Gaïtoukaïev d’avoir planifié l’assassinat d’Anna Politkovskaïa, et Roustam Makhmoudov d’avoir commis le meurtre en personne. Ibraguim et Djabraïl ont été reconnus complices. Selon le Comité d’enquête, les cinq accusés pourraient être condamnés à la prison à perpétuité. Le procureur a appelé les jurés à ne faire preuve d’aucune clémence.


Lors des débats préliminaires, le procureur avait réfuté les arguments de la défense en démontrant que les trois tests ADN, non concluants, ne signifiaient pas que Roustam Makhmoudov n’était pas l’exécutant. Selon les rapports, les traces d’ADN retrouvées sur l’arme du crime étaient seulement insuffisantes pour l’incrimer. Il a également déclaré que les échanges téléphoniques récurrents qu’avaient eu les cinq accusés entre eux jusqu’à la date du crime, puis leur interruption après cette date, ne pouvaient être expliqués par les liens familiaux de quatre des cinq accusés.


A l’annonce du verdict, les proches d’Anna Politkovskaïa ont fait part de leur déception face à l’absence des commanditaires sur le banc des accusés et aux faibles avancées du procès. Les enfants de la journaliste ont déclaré avoir l’intention de demander cinq millions de roubles (environ 105 000 euros) pour préjudice moral. Ibraguim et Djabraïl Makhmoudov, ainsi que Sergueï Khadjikourbanov avaient déjà comparu lors du procès en première instance, avant d’être acquités le 19 février 2009. La cour suprême avait alors interrompu le procès pour complément d’enquête.


Dans le cadre de cette réouverture d’enquête, un ancien officier de police, Dmitry Pavlioutchenkov, a été condamné à onze ans d’emprisonnement, et au paiement de trois millions de roubles (environ 74 500 euros) de dommages et intérêt pour avoir organisé la filature d’Anna Politkovskaïa et fourni au tireur l’arme du crime. Suite à un accord conclu en mai 2012 entre le parquet et l’accusé, le cas de ce dernier avait été isolé du reste de l’affaire et soumis à une procédure particulière.


La Russie figure à la 148e place sur 180 dans le classement de la liberté de la presse 2014 établi par Reporters sans frontières.


(Photo : Natalia Kolesnikova / AFP )