Actualités

7 octobre 2018

Après le meurtre sauvage d’une journaliste bulgare, RSF demande que ses collègues soient placés sous protection

Viktoria Marinova/ Youtube
Après le meurtre sauvage de Viktoria Marinova, journaliste de la télévision bulgare TVN, RSF exhorte les autorités à faire toute la lumière sur cet acte odieux et demande aux autorités de placer ses collègues sous protection.

Viktoria Marinova, 30 ans, présentatrice d'une émission d'actualités sur la chaîne de télévision bulgare TVN a été sauvagement assassinée en pleine journée du samedi 6 octobre 2018 à Ruse dans le nord du pays. Selon le procureur régional, Georgy Georgiev, qui a tenu une conférence de presse dimanche, le corps de la jeune journaliste désireuse de laisser plus de place aux grandes enquêtes sur l’antenne de TVN a été retrouvé dans un parc de la ville. Les enquêteurs examinent actuellement toutes les pistes liées à sa vie personnelle autant que professionnelle.

 

RSF exhorte les autorités à mener une enquête sérieuse et approfondie pour identifier les auteurs de cet odieux homicide, déclare Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. Nous demandons que les journalistes de TVN ayant travaillé sur le même reportage sensible que Viktoria Marinova soient placés sous protection policière en attendant les résultats de l’enquête.”

 

L’ultime reportage présenté par Viktoria Marinova reprenait un reportage des journalistes d’investigation du site Bivol, sur une gigantesque fraude liée au détournement de fonds européens. Après la publication de ce sujet il y a trois semaines, RSF avait exprimé son inquiétude après que les journalistes de Bivol avaient subi des menaces graves et avait demandé que leur protection soit assurée.

 

“Ce meurtre a été perpétré quelques jours à peine après la diffusion de ce reportage sensible par Viktoria Marinova, explique Atanas Tchobanov, cofondateur de Bivol. Nous rendons hommage au courage de cette journaliste, la seule à avoir eu la bravoure de parler de cette fraude aux fonds européens sur l’antenne d’une télé et dans un reportage d’un tel format.

 

Viktoria Marinova est la troisième journaliste et la deuxième femme journaliste à être assassinée dans un pays de l’union européenne en moins d’un an après le meurtre dans l’explosion de sa voiture à malte de Daphne Caruana Galizia le 16 octobre 2017 et celui du journaliste d’investigation slovaque Jan Kuciak en Slovaquie le 21 février 2018.

 

Comme l’observe RSF dans un rapport publié en juillet 2018, les journalistes d’investigation bulgares font souvent l’objet de pressions de toutes sortes qui peuvent aller de simples avertissements, à des actes d’intimidation, des messages de type mafieux et des campagnes de diffamation, jusqu’à des agressions exercées sur leurs personnes ou sur leurs biens. A l’encontre de journalistes ont déjà été perpétrés en Bulgarie des tentatives de meurtre, des passages à tabac et l’explosion ou l’incendie de voitures.

 

Au Classement mondial de la liberté de la presse, la Bulgarie continue de chuter année après année et détient désormais le plus mauvais score de l’Union européenne, à la 111ème position sur 180 pays.