Actualités

7 août 2020

Albanie: la saisie de deux médias menace leur indépendance

Les journalistes d'Ora News TV (photo: Ora News TV)
Les chaînes de télévision Ora News TV et Channel One ont été saisies dans le cadre d’une enquête judiciaire mettant en cause leur propriétaire. Reporters sans frontières (RSF) demande aux autorités albanaises de ne pas interférer avec la ligne éditoriale des médias.

Sur demande du Parquet spécial contre la corruption et le crime organisé de Tirana, le 3 août, le Tribunal spécial de première instance a ordonné la saisie de 26 actifs de l'entrepreneur Ylli Ndroqi, dont les chaînes de télévision Ora News TV et Channel One, présentées comme des voix critiques du gouvernement du Premier ministre Edi Rama et du maire de Tirana, Erion Veliaj. Le propriétaire est soupçonné d’avoir acquis ces biens grâce à des activités criminelles de trafic international de drogue. Il en a résulté le placement des deux médias sous l’administration du ministère de l’Intérieur et la réalisation de l’inventaire des locaux des médias en présence de forces policières et de fonctionnaires.  


Ces deux chaînes de télévision sont connues pour leur ton critique vis à vis des autorités, mais aussi parce que le maire de Tirana a tenter à plusieurs reprises de les faire taire. Ora News a ainsi révélé en mai dernier les menaces de l’édile de licencier les employés de la municipalité proches de l’entrepreneur, dans le cas où les chaînes continueraient de critiquer ses actions. La télévision avait également dénoncé le soutien financier apporté par le maire au portail City News Albania dans le but de publier des articles dénigrants sur le propriétaire des deux médias. Les attaques répétées et les pressions du maire de la capitale albanaise sur les journalistes ont d’ailleurs conduit l’homme d’affaire à lui intenter un procès en diffamation et “non dénonciation d’un crime”. 


Des mesures disproportionnées prises à l’encontre d’Ora News pour non-respect des mesures de distanciation sociale dans ses programmes ont également suscité le doute et ont été vécues par les journalistes comme une atteinte à leur liberté d’expression. La chaîne s’était vu infliger par les autorités sanitaires nationales d’importantes amendes et avait reçu un ordre de fermeture pour une durée indéterminée.


Une procédure judiciaire visant un propriétaire de médias ne doit pas menacer la ligne éditoriale ni l’indépendance des rédactions, estime la rédactrice en chef de RSF, Pauline Adès-Mével. A l’approche des élections législatives du printemps prochain, il est plus que jamais essentiel que les autorités veillent au respect du pluralisme des médias et permettent à toutes les voix, y compris les plus critiques, de s’exprimer.” 


L’Albanie se situe à la 84e place dans le Classement mondial RSF de la liberté de la presse 2020