Actualités

11 janvier 2013 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Affaire des “voeux du Nouvel An” : les censeurs chinois persistent et signent


Reporters sans frontières déplore l’acharnement des autorités chinoises, qui continuent à tenter d’étouffer l’acte de censure commis sur l’éditorial du Nouvel An du Nanfang Zhoumo, ainsi que les protestations qui ont cours depuis une semaine. “En dictant aux différentes rédactions du pays une ligne éditoriale préconçue, les autorités chinoises ont une nouvelle fois fait montre de leur mépris de la liberté de la presse. Le Département de la Propagande a clairement prouvé qu’il n’avait aucune intention de laisser résonner les voix dissidentes”, a déclaré Reporters sans frontières. “L’accord trouvé entre la rédaction et le Département de la Propagande du Guangdong est insatisfaisant car aucune réparation ni garantie n’ont été apportées par les autorités”, a ajouté l’organisation. Après avoir menacé de rendre publics les quelque 1034 articles intégralement ou partiellement censurés au cours de l’année passée, les rédacteurs du Nanfang Zhoumo ont renoncé à exprimer publiquement leurs griefs contre Tuo Zhen, le directeur du Bureau de la Propagande de la province du Guangdong, responsable de la censure de l’éditorial du Nouvel An. En échange, les responsables de la Propagande se seraient engagés à s’abstenir de modifier des articles sans en informer les rédactions auparavant. La nouvelle édition du Nanfang Zhoumo est parue le 10 janvier 2012. Dans le Guangdong, il a été observé que certains points de vente habituels ne le distribuaient pas. Depuis le 3 janvier, les autorités chinoises ne cessent de déployer des efforts afin de minimiser la gronde provoquée par “l’incident des voeux du Nouvel An”. Le 8 janvier 2013, le China Digital Times a rapporté qu’une note émanant du Département central de la Propagande avait été envoyée aux médias, rappelant le “caractère inébranlable du contrôle du Parti” sur leurs travaux, tout en déchargeant le Département de la Propagande du Guangdong de toute responsabilité relative à “l’incident” révélé par le Nanfang Zhoumo. Le Département central de la Propagande justifie par ailleurs la vague de contestation par la présence “de forces extérieures hostiles impliquées dans le développement de la situation”. Le même jour, l’éditorial du Global Times, un journal acquis au pouvoir, a été envoyé aux médias avec pour consigne de le relayer. Le journal pékinois Beijing News (新京报) s’y est opposé, et a affiché un soutien sans faille à son camarade du Guangdong. Selon des informations obtenues par Reporters sans frontières, la police a été envoyée sur place pour contraindre les journalistes à obtempérer. Les employés du journal ont tenté de faire bloc en informant les weibonautes de la pression exercée par les autorités sur la rédaction, et plus particulièrement par Liu Yunshan, membre du comité permanent du Politburo depuis le 18ème Congres du Parti Communiste Chinois (PCC). Ces messages ont rapidement été censurés. Le Beijing News a finalement été contraint de relayer l’éditorial du GlobalTimes, l’imprimerie officielle refusant d’éditer le journal tant qu’il ne l’y avait pas intégré. Le rédacteur en chef, Dai Zigeng, a présenté mardi soir sa démission. Conscientes qu’une telle éventualité ne ferait qu’attiser la gronde populaire, les autorités de Pékin l’ont rejetée. Il est à présent à craindre que Dai Zigeng n’ait à subir des représailles de la part du Département central de la Propagande ou, à tout le moins, ne devienne l’objet d’une attention particulière. Selon les estimations relatées sur Weibo, 29 activistes ayant manifesté leur soutien au Nanfang Zhoumo auraient été interrogés par la police, et certains seraient encore détenus. WeFightCensorship publie les versions non censurées de l'éditorial du magazine Nanfang Zhoumo (南方周末). Ce texte est interdit en Chine depuis le 3 janvier : https://www.wefightcensorship.org/fr/censored/chine-lincident-voeux-du-nouvelhtml.html Si le site wefightcensorship.org est bloqué dans votre pays, envoyez un email à [email protected] pour obtenir une adresse de l'un des miroirs du site. WeFightCensorship.org (WeFC) est un projet de Reporters sans frontières lancé pour lutter contre la censure et promouvoir la circulation de l’information. Impliquez-vous ! https://www.wefightcensorship.org/fr/impliquez-voushtml.html