Élections présidentielles en Argentine : dix propositions de RSF pour la liberté de la presse et l'indépendance des médias

À quelques jours du premier tour de l'élection présidentielle en Argentine, Reporters sans frontières (RSF) présente aux cinq candidats dix propositions pour renforcer la liberté de la presse et consolider l'indépendance journalistique

L'Argentine fêtera en décembre prochain 40 ans de démocratie ininterrompue et s'apprête à élire un nouveau président de la République. Si ces quatre décennies ont permis d’établir des normes solides en matière de liberté d'expression, l'indépendance journalistique, le pluralisme des médias et la fiabilité de l'information doivent être une priorité du prochain chef de l’État. 

RSF appelle les cinq candidats à la présidence à intégrer dix propositions dans leurs manifestes électoraux, afin d’atteindre six objectifs cruciaux : l'accès à l'information publique et pluraliste ; la protection des journalistes qui couvre des manifestations ; l’autonomie éditoriale des médias publics ; la lutte contre la concentration des médias ; l’indépendance éditoriale et la régulation des plateformes numériques.

La liberté de la presse et l’indépendance du journalisme ont un rôle absolument central dans la consolidation de la démocratie en Argentine. Un nouveau gouvernement engagé sur ces thèmes aura l’occasion de placer le pays dans l'avant-garde régionale du droit à l’information. Les défis sont encore nombreux, mais les possibilités de faire avancer le pluralisme, la régulation de l’espace numérique et l’accès à l’information sont concrètes. RSF présentera ses recommandations aux candidats à la présidence.

Artur Romeu, directeur du bureau Amérique latine de RSF

Les dix propositions de RSF pour la liberté et l'indépendance journalistique et la fiabilité de l'information : 

Défense de la liberté de la presse

1. En tant que pilier de la démocratie, le futur président argentin doit s'engager à défendre pleinement la liberté de la presse. Il ne doit avoir recours ni à des discours stigmatisants, ni à des poursuites administratives ou pénales en représailles à des informations ou des opinions publiées, conformément à la législation en vigueur. La liberté d'expression et le droit de réponse sont garantis à tous les habitants de l'Argentine, y compris aux fonctionnaires, dans le cadre de la coexistence démocratique.

2. Dans le contexte régional, le gouvernement national doit avoir une politique ambitieuse pour que la liberté de la presse ne soit pas attaquée par les autorités politiques locales ou par des intérêts privés locaux. Aucune procédure ou législation provinciale ne doit porter atteinte aux garanties constitutionnelles de la nation en matière de protection de la liberté de la presse.

Accès à l'information publique et pluraliste

3. L'État doit respecter et garantir le respect de la loi sur l'accès à l'information publique et la couverture de l'actualité dans les institutions de l'État et dans l'espace public. 

4. En aucun cas, les forces de police ne doivent être utilisées pour restreindre ou intimider la presse, se livrer à des agressions physiques contre des journalistes sous prétexte de réprimer des émeutes ou de disperser des manifestations.  

5. Les médias doivent être accessibles pour l'ensemble de la population, sans exclusion économique ou géographique. Il est du devoir de l'État de garantir l'accès à Internet et aux télécommunications à tous les citoyens dans des conditions technologiques décentes.

6. Les médias publics doivent remplir leur rôle de garants de la liberté d'expression et du droit à l'information dans la mesure où ils sont conçus comme non gouvernementaux. La diversité politique, sociale, géographique et économique, et leur indépendance, y compris financière, vis-à-vis de l’État, sont des conditions indispensables pour les médias publics.

Régulation démocratique

7. Le gouvernement doit assurer la pluralité de l'information et promouvoir une régulation favorable à la diversité des médias, afin d'éviter les monopoles privés et étatiques.

8. Les organismes de régulation doivent être indépendants, avec une représentation diversifiée en termes d'identités politiques, sociales, géographiques et économiques.

La démocratie dans l'espace numérique

9. Étant donné que l'Argentine fait partie du Partenariat pour l'information et la démocratie, le futur gouvernement devra proposer l'adoption d'une loi qui adaptera les règles régissant la communication et le marché de l'information à la situation créée par le nouveau scénario numérique mondialisé, en définissant surtout les responsabilités des principales plateformes.

10. L'État veillera à ce que les réseaux numériques ne se livrent pas à une censure déguisée sous la forme d'une modération des contenus, d'une commercialisation ou d'une vente de leurs espaces. La régulation d'un écosystème numérique réellement diversifié ne doit pas être laissée aux entreprises privées mondiales.

11. Le gouvernement doit élaborer des politiques d'éducation numérique, de lutte contre la violence et de responsabilisation pour combattre les mécanismes de harcèlement des journalistes sur les réseaux sociaux, y compris des politiques de lutte contre la désinformation. 

Image
40/ 180
Score : 73,36
Publié le