Six mois après Apple Daily, l’exécutif hongkongais élimine Stand News, un autre symbole de la liberté de la presse

Le média indépendant hongkongais Stand News a annoncé sa fermeture à la suite à l’arrestation ce matin de six membres et anciens membres de son équipe. Reporters sans frontières (RSF) réclame la libération des détenus et appelle les démocraties à réagir pour défendre ce qui reste de presse indépendante dans le territoire.

------------------------------------------------------------------------------

Actualisation  - 30 décembre 2021


Membres du conseil d’administration : Denise Ho Wan-see, Margaret Ng Ngoi-yee, Chow Tat-chi et Christine Fang Meng-sang sont libérés sous caution tandis que les rédacteurs en chef Patrick Lam Shiu-tung et Chung Pui-kuen sont maintenus en garde à vue jusqu’au procès.

------------------------------------------------------------------------------


Dans la matinée du 29 décembre, six membres et anciens membres de l’équipe du média d'information en langue chinoise Stand News ont été arrêtés par le Département de la sécurité nationale de la police sous l'accusation de « complot en vue de publier des publications séditieuses », un crime passible de deux ans de prison en vertu d’une ancienne réglementation coloniale. Les détenus sont l’actuel rédacteur en chef Patrick Lam Shiu-tung, l’ancien rédacteur en chef Chung Pui-kuen, ainsi que Denise Ho Wan-see, Margaret Ng Ngoi-yee, Chow Tat-chi et Christine Fang Meng-sang, quatre anciens membres du conseil d’administration.


Simultanément, quelque 200 policiers ont perquisitionné les locaux de Stand News et le domicile de son rédacteur en chef adjoint, Ronson Chan Long-sing. Ce dernier, qui est par ailleurs président de l’Association des journalistes de Hong Kong (HKJA), a également été interpellé.Il a été libéré après avoir été interrogé.


« En éliminant Stand News exactement six mois après avoir démantelé de la même manière le groupe Next Digital et son titre phare Apple Daily, la cheffe de l’exécutif hongkongais Carrie Lam montre une nouvelle fois sa détermination à en finir avec la liberté de la presse à Hong Kong », s’indigne le directeur du bureau Asie de l'Est de Reporters sans frontières (RSF), Cédric Alviani, qui réclame la libération des journalistes et appelle les démocraties à « agir, conformément à leurs valeurs, pour défendre ce qu’il reste de la presse indépendante à Hong Kong, avant que ces médias ne soient à leur tour victimes du modèle répressif chinois. » 


Fondé en 2014, Stand News, un site d’information indépendant et à but non lucratif en chinois cantonais, a largement couvert les procès liés à la loi sur la sécurité nationale et figure parmi les nominés pour le prix RSF de la liberté de la presse 2021


En juin dernier, la cheffe de l’exécutif  hongkongais, Carrie Lam, avait utilisé la loi de sécurité nationale comme prétexte pour fermer Apple Daily, un des derniers grands médias en langue chinoise critique vis-à-vis du régime de Pékin. Au moins 12 journalistes et défenseurs de la liberté de la presse ont été poursuivis, dont dix sont toujours détenus.


Dans son nouveau rapport d’investigation, Le grand bond en arrière du journalisme en Chine, publié le 7 décembre 2021, RSF révèle la campagne de répression sans précédent menée ces dernières années par le régime chinois contre le journalisme et le droit à l'information dans le monde entier. 


Hong Kong, autrefois un bastion de la liberté de la presse, a chuté du 18e rang en 2002 au 80e rang dans le Classement mondial de la liberté de la presse publié par RSF en 2021. La République populaire de Chine stagne pour sa part au 177e rang sur 180.

Publié le 29.12.2021
Mise à jour le 04.01.2022