Royaume-Uni : la ministre de l’Intérieur ordonne l’extradition vers les États-Unis du fondateur de Wikileaks, Julian Assange

La ministre de l’Intérieur, Priti Patel, a signé l’ordre d’extrader Julian Assange vers les États-Unis, où il encourt une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 175 ans pour plusieurs chefs d’accusation liés à la publication d’informations d'intérêt général sur Wikileaks. Reporters sans frontières (RSF) condamne cette décision qui constitue un échec du gouvernement britannique dans la protection de la liberté de la presse et qui aura de graves répercussions sur le journalisme du monde entier.

Le 17 juin, à l’issue de près de trois ans de procédure d’extradition devant la justice britannique, la ministre de l’Intérieur, Priti Patel, a signé un ordre approuvant l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis. Le porte-parole du ministère de l’Intérieur a déclaré que “les tribunaux britanniques n’ont pas conclu que l’extradition de Julian Assange constituait une oppression, une injustice ou un abus de procédure”. Le prédécesseur de Priti Patel, l’ancien ministre de l’Intérieur Sajid Javid, avait, en juin 2019, donné son feu vert à la demande d’extradition, ouvrant la voie à son examen par les tribunaux. 

“Nous sommes profondément déçus par la décision honteuse de la ministre de l’Intérieur ordonnant l’extradition de Julian Assange. Celle-ci marque un nouvel échec du gouvernement britannique dans la protection de la liberté de la presse et aura de graves répercussions sur le journalisme dans ce pays et dans le monde entier. Nous espérons que les tribunaux britanniques prendront position pour la liberté de la presse, là où le gouvernement a échoué, en protégeant Julian Assange et en obtenant sa libération plutôt que son extradition. Nous continuerons à suivre les procédures dans cette affaire et à faire campagne pour la libération du fondateur de Wikileaks aussi longtemps qu’il le faudra”, a déclaré Rebecca Vincent, directrice des opérations et des campagnes chez RSF.

En mai, RSF a remis une pétition contenant près de 64 000 signatures au ministère de l’Intérieur et à six ambassades britanniques dans le monde, appelant Priti Patel à rejeter l’ordre d’extradition et à agir dans l’intérêt de la liberté de presse et du journalisme en libérant Julian Assange.

RSF s’est également jointe à un collectif de 19 organisations engagées sur la liberté de la presse, la liberté d’expression et le journalisme afin de lancer un appel conjoint à la ministre de l’Intérieur à rejeter la demande d’extradition. Le collectif avait alors déclaré que les poursuites engagées contre Julian Assange “créeraient un dangereux précédent pouvant toucher tout média révélant des informations dans des articles, mais également tout journaliste, tout propriétaire de média ou toute source, partout dans le monde”. Le ministère de l’Intérieur n’a donné aucune réponse à cet appel. 

Julian Assange a 14 jours pour faire appel de la décision ; sa femme Stella Assange et Wikileaks ont d’ores et déjà déclaré qu’ils utiliseraient ce recours. Pendant ce temps, Julian Assange est toujours détenu à la prison de haute sécurité de Belmarsh, une situation qui met en péril sa santé mentale et physique.

Image
24/180
Score : 78.71
Image
42/180
Score : 72.74
Publié le 17.06.2022