Iran : récit de la répression contre la liberté de l'information de janvier 2022


11.04.2022 – Renvoi en prison d’un journaliste malade

Reporters sans frontières (RSF) est très préoccupé par l'état de santé de Reza Khandan Mahabadi. Le journaliste de 60 ans, membre de l’Association des écrivains iraniens, avait été hospitalisé début janvier suite à la dégradation de son état de santé après sa contamination au coronavirus. Il souffre toujours de problèmes respiratoires mais il a été contraint de  retourner dans sa cellule le 5 avril, a appris RSF.

Un autre membre de l’Association des écrivain iraniens, Baktash Abtin, est décédé par manque de soin le 8 janvier, des suites de la Covid-19 - qu’il avait contractée dans la prison d’Evin à Téhéran - après avoir été tardivement pris en charge par les autorités iraniennes. 

Membre de la même association et emprisonné lui aussi depuis le 26 septembre, Kayvan Bagen a quant à lui bénéficié d’une libération conditionnelle le 16 mars, après avoir purgé un tiers de sa condamnation à trois ans de prison.

Reza Khandan Mahabadi, Baktash Abtin et Kayvan Bagen purgeaient des peines allant de trois ans et demi à six ans de prison pour “propagande contre le régime” et “publication illégale d’un journal en ligne et sur Facebook”.

----------


31.03.2022 -  RSF salue la libération de deux blogueurs

Reporters sans frontières (RSF) a appris la libération d’un des responsables du site Narenji (Orange, en persan), Ali Asghar Honarmand, par un tweet qu’il a publié le 16 mars pour annoncer sa libération après huit ans de prison. “Bonjour le monde, écrit-il. C’est mon premier tweet depuis huit ans. Ce qu’on a subi est inexplicable, mais je salue tous les êtres libres et la vie continue.”

Ali Asghar Honarmand avait été arrêté le 3 décembre 2013 avec sept de ses collègues du site Narenji. Ils avaient été condamnés le 24 mai 2014 par la 4e chambre du tribunal de la ville de Kerman, à des peines allant de deux à onze ans de prison pour “publicité contre le régime”, “action contre la sécurité nationale” et “collaboration avec les chaînes basées à l’étranger”. Tous avaient été libérés en échange de lourdes cautions en attendant l'appel. Le 30 novembre 2015, la cour avait confirmé ces peines, mais les accusés n’en avaient pas été informés jusqu’alors. Ali Asghar Honarmand est le dernier de ce groupe à avoir été libéré.

 

RSF a également été informé de la libération provisoire en attendant son jugement le 23 mars de Kazem Hoot, un jeune blogueur et défenseur de l’environnement âgé de 20 ans, très actif sur Instagram et suivi par une dizaine des milliers de personnes. Il a été arrêté le 26 février 2022, dans la Dashtyari (la province du Sistan-et-Baloutchistan, dans le sud-est du pays) par les services de renseignement des gardiens de la révolution. Il publie sur son blog des vidéos sur la dégradation de l'environnement et les difficultés de la population dans cette province qui est l’une des plus pauvres du pays.

----------


10.03.2022 – Le journaliste Amirabbas Azaramvand renvoyé en prison

Reporters sans frontières (RSF) dénonce le renvoi en prison d’Amirabbas Azaramvand pour purger une peine de quatre ans et trois mois ferme. Le journaliste économique du quotidien Samt, (l’industrie, les mines et développement) a été arrêté le 8 mars, en marge d’un rassemblement organisé par les défenseurs des droits des femmes à Téhéran. Le lendemain, il a été transféré à la prison d’Evin. Les responsables de l’établissement ont affirmé à sa famille qu’il avait “demandé lui-même l’application de sa peine” de prison. Des affirmations démenties par Amirabbas Azaramvand lors d’un appel téléphonique passé depuis la prison à ses proches.  

Arrêté le 1er septembre 2021 par les agents du ministère des Renseignements à son domicile, avant d’être libéré 20 jours plus tard en versant une caution, le journaliste a été condamné en février 2022 par la 26e chambre du tribunal de la révolution de Téhéran pour “propagande contre le régime”. Outre sa peine de prison, Amirabbas Azaramvand a écopé d’une interdiction de quitter le territoire de deux ans et de deux ans d’interdiction d'exercer une activité politique et sociale.

----------


09.03.2022 – Le jeune défenseur de l’environnement Kazem Hoot emprisonné

Reporters sans frontières (RSF) condamne l’arrestation, le 26 février 2022, de Kazem Hoot, un jeune blogueur de la ville de Dashtyari (la province du Sistan-et-Baloutchistan, dans le sud-est du pays.)  

Arrêté par le renseignement des gardiens de la révolution, ce défenseur de l’environnement a été transféré à Zāhedān (le chef-lieu de la province) le lendemain de son arrestation alors que les agents avaient assuré à sa famille ne vouloir lui poser que “quelques questions” et qu’il allait “être libéré aussitôt”. Depuis onze jours, ses proches n’ont toujours pas été informés des motifs et de son lieu de détention.

Âgé de 20 ans, très actif sur Instagram et suivi par une dizaine des milliers de personnes, Kazem Hoot publie des vidéos sur la dégradation de l'environnement et les difficultés de la population dans cette province qui est l’une des plus pauvres du pays.  

----------


03.03.2022 - La Covid-19 menace toujours la vie des journaliste emprisonnés  

Alors qu’une nouvelle vague de Covid-19 continue à tuer en Iran, Reporters sans frontières (RSF) exprime ses inquiétudes pour l’état de santé des journalistes emprisonnés et demande leur libération immédiate.

Membre de la rédaction du site d’information Majzooban Nor, Mostafa Abdi a été infecté par le coronavirus pour la troisième fois en deux ans dans la sinistre grande prison de Téhéran (Fashafuieh)  “Cette fois, il présente une forme de pneumonie jugée grave (....) cela fait quatre ans qu’il est dans cette prison et il doit y rester encore plus de deux ans”  déplore son frère dans un tweet, en date du 2 mars. Mostafa Abdi est emprisonné depuis 2018, avec trois autres membres du comité de rédaction du site d’information Majzooban Nor : Mohammad Sharifi Moghadam, Kasra Nouri, et Abbas Dehghan. Comme ses confrères, il n’a pas bénéficié des permissions prévues par loi pour les prisonniers en Iran. Les collaborateurs de ce site qui était la seule source d’information indépendante de la communauté soufie des derviches Gonabadi, ont été arrêtés brutalement dans la nuit du 19 au 20 février 2018, dans le quartier de Pasdaran, (nord de Téhéran) en marge d’affrontements entre la police et des membres de cette communauté. 

Ces journalistes ont été condamnés en septembre 2018, à de lourdes peines, allant de 7 à 26 ans de prison ferme. Privés d’avocats, ils ont refusé de participer à leur jugement pour protester contre un procès inéquitable et ont été condamnés par contumace.

----------


25.02.2022 – Permission médicale pour Narges Mohammadi et Alieh Motalebzadeh 

Soulagé de voir le calvaire pour les deux journalistes s’adoucir un peu, RSF demande leur libération immédiate.  

Le 18 février 2022, la journaliste et défenseur des droits humains Narges Mohammadi a été transférée dans un hôpital de Téhéran suite à une malaise respiratoire et cardiaque. Elle a été opérée d’une artère coronaire bouchée. Après l'opération, elle a été renvoyée dans sa cellule dans la sinistre prison pour femmes de Gharchak. Selon son époux, Taghi Rahmani, le 20 février, les responsables judiciaires et pénitentiaires lui ont enfin accordé une permission médicale.

Le 23 février, Sadra Abdollahi dans un tweet a annoncé que son épouse emprisonnée Alieh Motalebzadeh a bénéficié d’une permission médicale après avoir été testée positive au Covid-19. C’est la deuxième fois que la photojournaliste a été contaminée en moins de dix-huit mois.

Les deux journalistes Narges Mohammadi et Alieh Motalebzadeh ont été transférées au mois de janvier à la prison pour femmes de Gharchak, située à Varamin, dans le sud de la province de Téhéran, après avoir été précédemment détenues à la prison d’Evin, au nord de Téhéran. 

----------


24.02.2022 - En résidence surveillée depuis 11 ans 

Reporters sans frontières (RSF) rappelle que les détentions arbitraires de Mehdi Karoubi, 84 ans, Mir Hossein Mousavi, 80 ans, et de son épouse Zahra Rahnavard, 76 ans, n’ont aucune base légale au regard du droit national et des normes internationales. Ces emprisonnements constituent une violation flagrante de la Déclaration universelle des droits de l'homme alors qu'ils sont privés du droit à un procès équitable.

Le 24 février 2010, après 10 jour du silence, les autorités iraniennes ont confirmé  que Mehdi Karoubi propriétaire du journal suspendu EtemadMelli et Mir Hossein Mousavi, propriétaire du journal suspendu Kalameh Sabaz, et son épouse, l’écrivain Zahra Rahnavard, sont placés en résidence surveillée. Depuis le 24 février 2011, ces personnalités – ex-président du parlement d’Iran (Karoubi) et ancien Premier ministre (Mousavi), également leaders du mouvement de protestation contre la réélection contestée de Mahmoud Ahmadinejad en juin 2008 – sont considérés par les responsables du régime comme les “têtes de sédition” et sont privés de tous leurs droits. Plusieurs fois hospitalisés, ils souffrent notamment de malaises cardiaques, liés notamment à leurs conditions de réclusion et de l’impossibilité qu’on leur impose de se déplacer.

----------


22.02.2022 -  Arrestation de deux journalistes

Reporters sans frontières (RSF) condamne la répression sans relâche de la liberté de la presse en Iran.

Le 13 février 2022, le journaliste-citoyen et traducteur Rozbeh Priri a été arrêté dans la ville de Tabriz, capitale de la province de l'Azerbaïdjan oriental (nord-ouest de l'Iran), par des agents en civil et a été transféré à la prison centrale de ville de Tabriz. Selon ses proches, il aurait été interpellé pour purger une peine de trois ans de prison ferme.

Rozbeh Priri a été condamné, le 12 mai 2021 par un tribunal de Tabriz, à une amende de cinq millions de tomans (1 500 euros) et trois ans de prison ferme. Il faisait l’objet d’une plainte des gardiens de la révolution pour “publication de fausses informations sur les réseaux sociaux” après avoir relayé sur Instagram le passage à tabac de son frère lors de son arrestation puis de son incarcération en mars 2021.  Des violences qui lui ont valu d’être hospitalisé dix jours. Cet activiste de la société civile avait été interpellé alors qu’il distribuait des livres en langue azéri. 

Le même jour,  le directeur du site d’information Hezar pisheh, Iraj Moghadam, a été arrêté en vertu d’un mandat du tribunal de la ville de Choar (province d’Ilam - sud-ouest du pays). Le journaliste a été interpellé après une plainte de la société de pétrochimie de la province d’Ilam alors qu’il avait publié le salaire et la fiche de paie d’un des responsables de cette société d’État. Sa famille est toujours sans nouvelle de lui. 



----------

Récit de la répression contre la liberté de l'information en Iran ( janvier - décembre 2021)

-------------------

Récit de la répression contre la liberté de l'information en Iran ( janvier - décembre 2020) 

-------------------

Récit de la répression contre la liberté de l'information en Iran ( janvier - décembre 2019)

-----------------------

Récit de la répression contre la liberté de l'information en Iran ( janvier - décembre 2018)

-----------------------

Récit de la répression contre la liberté de l'information en Iran ( janvier - décembre 2017)

-----------------------

Récit de la répression contre la liberté d’information en Iran ( janvier - décembre 2016)

-----------------------

Récit de la répression contre la liberté d’information en Iran ( janvier - décembre 2015)

-----------------------

Récit de la répression contre la liberté d’information en Iran ( janvier - décembre 2014)

-----------------------

Récit de la répression contre la liberté d’information en Iran ( janvier - décembre 2013)

-----------------------

Récit de la répression contre la liberté de l'information en Iran ( janvier - décembre 2012)

-----------------------------

Récit de la répression contre la liberté d’information, en Iran (janvier - décembre 2011)

-----------------------

Récit des violations de la liberté de la presse en Iran (Juillet-Décembre 2010)

-----------------------

Récit des violations de la liberté de la presse en Iran (Janvier- Juillet 2010)

-----------------------

Récit des violations de la liberté de la presse en Iran (juin- Décembre 2009)

Publié le 01.04.2022
Mise à jour le 11.04.2022