Héros de l'information

Ali Dilem

Ali Dilem ne le sait que trop bien : en Algérie, il ne fait pas bon être caricaturiste. Dessinateur pour le quotidien algérien Liberté et pour l’émission de TV5 Monde Kiosque, il a longtemps travaillé dans des conditions difficiles. Il a été régulièrement menacé de mort par des groupes islamistes et des procès pour diffamation lui ont valu de nombreuses gardes à vue ainsi que des condamnations à des peines de prison avec sursis. En 2001, il a eu le triste privilège de donner son nom à une série d’amendements du code pénal algérien qui prévoient des peines pouvant aller jusqu’à un an ferme pour les journalistes. Mais Ali Dilem n’a jamais renoncé. Ses dessins ont été récompensés d’une vingtaine de prix internationaux dont le Trophée de la liberté de la presse décerné par le Club de la Presse du Limousin et Reporters sans frontières en 2005. Il a également été sacré Chevalier des Arts et des Lettres en octobre 2010.