Canada : RSF s’inquiète de l’hostilité envers les journalistes couvrant les manifestations

Alors qu’à Ottawa, les journalistes couvrant les mouvements « Convoi de la liberté » sont confrontés à des manifestations d’hostilité, des interdictions d’accès, de graves menaces et des agressions physiques, Reporters sans frontières (RSF) appelle les autorités à mettre immédiatement fin à ces abus et à garantir la sécurité des professionnels de l’information.

Dès la fin janvier et les premiers barrages et manifestations associés au « Convoi de la liberté », en protestation contre l’obligation vaccinale et autres restrictions, les journalistes ont rapporté les difficultés qu’ils rencontraient pour faire leur travail et l’hostilité croissante à leur égard sur le terrain : insultes au vitriol, menaces de mort, harcèlement et agressions physiques – une hostilité qui a continué pendant toute la durée du mouvement, notamment sur internet, ce qui a amené des journalistes et associations de médias canadiens à le condamner, tout en réclamant plus de sécurité et de protection.

« L’hostilité à laquelle les journalistes qui couvraient les manifestations d’Ottawa ont été confrontés, à la fois de la part des participants et de la police, est inacceptable, déclare le directeur adjoint du bureau RSF de Washington, Clayton Weimers. Ces événements montrent que la sécurité et l’indépendance des journalistes sont des défis partout dans le monde, même au sein des démocraties qui défendent la liberté de la presse. »

Bien que l’accès aux manifestations soit garanti par la loi aux journalistes canadiens, des reporters accrédités se sont vu refuser l’accès à des lieux et des événements d’intérêt médiatique et ont été arrêtés par la police, selon une lettre ouverte de l’Association canadienne des journalistes (CAJ).

Le Canada occupe la 14e place sur 180 au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2021.

Publié le 23.02.2022
Mise à jour le 23.02.2022