Actualités

5 août 2020

Zimbabwe : RSF et MISA préoccupés par la multiplication des atteintes à la liberté de la presse liées à l’épidémie de Covid-19

Zimbabwean journalist and documentary filmmaker Hopewell Chin'ono is present while police conduct a search of his offices in Harare July 21, 2020, at his home a day after he was arrested and charged with incitement to commit public violence. Jekesai NJIKIZANA / AFP
Dans une lettre envoyée à la ministre de l’Information, Reporters sans frontières (RSF) et la branche zimbabwéenne du Media Institute of Southern Africa (MISA) s’alarment de la recrudescence des agressions et arrestations de journalistes en lien avec la couverture de la crise sanitaire du coronavirus.

Depuis le début de la crise sanitaire ayant touché plus d’un million de personnes et causé plus de 21 000 décès en Afrique, RSF a déjà enregistré plus d’une centaine d’atteintes à la liberté de la presse en lien avec la couverture de la pandémie de Covid-19 sur l’ensemble du continent africain. A lui seul, le Zimbabwe cumule un quart des violations recensées, dont une dizaine d’arrestations arbitraires,  et figure en tête des pays les plus répressifs en la matière. 


Face à cette recrudescence alarmante de la répression qui rappelle l’ère de la dictature de Robert Mugabe, RSF et l’Institut des médias d’Afrique australe MISA-Zimbabwe, une organisation locale de défense de la liberté de la presse, ont adressé lundi 3 août une lettre à la ministre de l'Information, Monica Mutsvangwa. Dans cette lettre qui a été rendue publique, les deux organisations lui demandent de prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre fin aux arrestations, détentions arbitraires et agressions de journalistes par les forces de sécurité, en lien avec leur couverture de l'épidémie de coronavirus. 


Lire l'intégralité de la lettre ici


Le Zimbabwe occupe la 126e place sur 180 pays au dernier Classement mondial de la liberté de la presse publié par RSF.