Actualités

6 avril 2018

Visite de Mohamed Ben Salman en France : obtenir la libération de Raif Badawi

A l’occasion de la visite du prince héritier saoudien en France, du 8 au 10 avril 2018, la libération de Raïf Badawi, lauréat du Prix Reporters sans frontières (RSF) 2014, doit être exigée par les autorités françaises

A ce jour, RSF dénombre au moins 11 journalistes, professionnels ou non, purgeant des peines de prison, dont Raïf Badawi, condamné en mai 2014 pour “insulte à l’islam” à 10 ans de prison, 1000 coups de fouets, un million de rial saoudien en plus d’une interdiction de quitter le territoire pendant 10 ans après sa libération. Selon RSF, une quinzaine d’autres sont détenus par les autorités sans que celles-ci l’aient encore admis officiellement.


“En Arabie saoudite, malgré les “signes d’ouverture”, les journalistes croupissent en prison où ils subissent la torture, souligne Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. La censure et la surveillance sont érigés en système. Rien ne peut justifier la moindre complaisance avec Riyad concernant la répression des libertés fondamentales à commencer par la liberté de la presse. Nous appelons les autorités françaises à tout mettre en oeuvre pour obtenir la libération immédiate et inconditionnelle des journalistes arbitrairement détenus, à commencer par le plus connu, Raïf Badawi.”


La liberté de la presse est totalement bridée en Arabie saoudite, où la situation s’est clairement détériorée en 2017. Malgré les réformes économiques et sociales attribuées au prince héritier Mohamed Ben Salman, il n’existe pas de médias libres. Internet, seul espace où l’information indépendante peut éventuellement circuler, est cependant étroitement surveillé. Les journalistes et journalistes-citoyens qui osent braver la censure et enquêter sur des sujets sensibles s'exposent à des représailles souvent violentes, dans ce pays qui constitue l’une des plus grandes prisons au Moyen-Orient pour les journalistes.


Pendant leur détention, les journalistes peuvent être soumis à la torture et subir des traitements cruels, inhumains ou dégradants, une pratique courante relevée le Comité contre la torture des Nations Unies en 2016. Les condamnations arbitraires à des peines d’emprisonnement, prononcées au terme de procès inéquitables, sont souvent assorties d’une interdiction pour les journalistes de quitter le territoire pendant plusieurs années et de lourdes amendes.


Le récent conflit diplomatique entre les Emirats et l’Arabie saoudite et le Qatar a mis les médias au centre de la crise, et a abouti à la fermeture de médias ou de leurs bureaux en Arabie Saoudite, en Jordanie ou encore au Yémen, et à la démission de journalistes.


Dans une lettre adressée à Mohamed Ben Salman le 5 avril 2018, RSF a exhorté les autorités saoudiennes à :

  • Libérer immédiatement et sans condition tous les journalistes, professionnels ou non, détenus ou condamnés au seul motif d’avoir exercé leur métier et leur droit à la liberté d'expression et d'information ; et notamment appliquer la décision du groupe de travail de l’ONU sur la détention arbitraire concernant Raif Badawi, Fadhel al Manasef, et Waleed Abu-l-Khair,
  • Garantir le droit à un procès équitable aux journalistes, notamment leur comparution devant un juge indépendant et impartial dans un délai raisonnable ; ainsi que l’accès à un avocat,
  • Modifier les dispositions liberticides contenues dans la loi antiterroriste (2014 amendée en 2017) et la loi sur les cybercrimes (2007) et abroger les peines de prison et amendes exorbitantes en matière de délit de presse, renoncer aux mécanismes législatifs et techniques permettant la surveillance et la répression des voix critiques, dissidents et journalistes,
  • Ratifier le Pacte international relatif aux droits civils et politiques ,
  • Mettre en œuvre les recommandations acceptées par l’Arabie saoudite dans le cadre de l’Examen Périodique Universel (EPU) des Nations unies relatives à la liberté d’expression et d’opinion.


L’Arabie saoudite figure à la 168e place sur 180 au Classement de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières (RSF) en 2017.