Actualités

25 octobre 2013 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Un troisième journaliste tué par balles à Mossoul en l’espace de 3 semaines


Reporters sans frontières condamne avec la plus grande fermeté l’assassinat du cameraman de la chaîne Al-Mosuliya, Bachar Abdulqader Najm Al-Nouaïmi , le 24 octobre, à Mossoul (400km au nord de Bagdad), dans la province de Ninawa. Le journaliste a été tué par balles par des inconnus armés de silencieux qui ont délibérément ouvert le feu dans sa direction. Son corps a été retrouvé près de son domicile dans le quartier de Nabi Shayth à Mossoul, dans l’après-midi du 24 octobre. D’après une source policière, une enquête aurait été ouverte pour déterminer les circonstances exactes de cet assassinat. “Nous présentons nos condoléances à la famille et aux confrères de Bachar Al-Nouaïmi. Nous espérons que l’enquête en cours permettra de faire la lumière sur cet assassinat et de traduire les auteurs et commanditaires devant la justice afin que cet acte odieux ne reste pas impuni. La piste professionnelle doit être sérieusement considérée.” a déclaré Reporters sans frontières. Ce mois d’octobre a été particulièrement meurtrier pour les professionnels de l’information en Irak. L’organisation s’inquiète de la recrudescence du nombre d’assassinats visant les acteurs de l’information de Mossoul : il s’agit du troisième assassinat visant des journalistes de la ville en l’espace de trois semaines, dans des circonstances similaires. “Nous exhortons les autorités nationales et locales à mettre en oeuvre les mesures appropriées afin que les professionnels de l’information puissent exercer leurs fonctions sans craindre pour leur sécurité ou pour leur vie. Il incombe aux autorités irakiennes de fournir les moyens nécessaires aux autorités locales afin de mener des enquêtes approfondies sur ces assassinats et de prévenir de nouveaux actes de violence.” a ajouté Reporters sans frontières. Le 5 octobre, le correspondant de la chaîne Al-Sharqiya TV Mohamed Karim Al-Badrani et son cameraman Mohamed Al-Ghanem avait été tués par balle, alors qu’ils réalisaient un reportage sur la préparation de l’Aïd al-Adha au marché d’Al-Sarjakhaneh, dans le centre-ville de Mossoul. Le 8 octobre, le porte-parole officiel du gouvernorat de Ninawa qui exerçait également des fonctions journalistiques, Saad Zaghloul, avait été abattu par un groupe d’inconnus devant sa maison dans le quartier d’ Al-Qadissiya.