Actualités

26 février 2014 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Un journaliste victime d’une attaque au couteau en plein Hong-Kong


Reporters sans frontières condamne avec la plus grande fermeté la violente agression survenue le 25 février 2014 sur le journaliste Kévin Lau, limogé il y a un mois du quotidien Ming Pao, à Hong-Kong. “Cette attaque, qui était clairement préméditée, ne doit pas rester impunie. Les autorités hongkongaises doivent tout mettre en oeuvre pour arrêter les coupables et les traduire en justice. Cette agression illustre la dégradation générale de la liberté de l’information sur l’archipel, y compris en matière de sécurité des journalistes”, déclare Benjamin Ismaïl, responsable du bureau Asie-Pacifique de Reporters sans frontières. L’agression a eu lieu en pleine journée, dans le quartier de Chai Wan, où se trouve le siège du Ming Pao. Alors que Kevin Lau sortait de son véhicule, deux hommes à moto l’ont pris pour cible. L’un est descendu du véhicule et l’a violemment frappé dans le dos et sur les jambes à l’aide d’un objet tranchant, avant de prendre la fuite avec son complice. Dans un état critique, le journaliste a été transporté d’urgence à l’hôpital, ou il a subi une intervention chirurgicale. Selon les médecins, son pronostic vital ne serait pas engagé. Le 7 janvier dernier, le quotidien Ming Pao dont Kevin Lau était alors rédacteur en chef, avait annoncé que ce dernier serait remplacé par le journaliste malaisien Chong Tien Siong, anciennement en charge du Nanyang Siang Pau. Cette décision, prise en raison des articles critiques du quotidien envers Pékin, avait alors provoqué de vives protestations de la communauté des médias. Cette agression n’est pas sans rappeler celles des employés du Apple Daily en juin 2013 et de Chen Ping, éditeur au sein du iSun Affairs, magazine réputé pour sa couverture critique de l'actualité. Après une perte de trois places par rapport à 2013, Hong-Kong se trouve à la 61ème position sur 180 dans le classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières en 2014.