Actualités

31 octobre 2013 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Un journaliste saoudien arrêté pour des articles critiques


Reporters sans frontières condamne l’arrestation, le 27 octobre 2013, de Tariq al-Moubarak, chroniqueur pour Asharq al-Awsat, un quotidien saoudien basé à Londres. Cette arrestation fait suite à la publication de plusieurs de ses articles dans Asharq al-Awsat sur des sujets sensibles en Arabie Saoudite. Dans l’un de ces articles, publié dans la version papier du journal le 6 octobre et intitulé “Il est temps de changer la place de la femme dans le monde arabe”, il critiquait entre autres l’interdiction de conduire imposée aux femmes de son pays. Dans un autre article “Quand la mafia menace...”, publié le 26 octobre, il dénonçait la terreur qui règne dans les sociétés arabes et empêche les individus de jouir pleinement de leurs libertés fondamentales. “Nous demandons aux autorités saoudiennes la libération immédiate et inconditionnelle de Tariq al-Moubarak. Les acteurs de l’information doivent pouvoir exercer leurs activités et écrire sur des sujets sensibles sans craindre d’être arrêtés ou menacés.” a déclaré Reporters sans frontières. Tariq al-Moubarak, professeur dans le secondaire, blogueur et chroniqueur pour Asharq al-Awsat, a été convoqué le 27 octobre 2013 par le département d’investigation criminelle pour être interrogé sur le contenu de ses articles, ainsi que sur son soutien à la campagne pour le droit de conduire des femmes. Dès son arrivée, il a été mis en garde à vue, sans que les charges retenues contre lui soient précisées. Tariq al-Moubarak est détenu depuis lors et n’a pas eu accès à un avocat. L’Arabie Saoudite est classée 163 sur 179 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse établi chaque année par Reporters sans frontières.