Actualités

5 septembre 2019 - Mis à jour le 6 septembre 2019

Un journaliste israélien pris pour cible par le Premier ministre

Depuis plusieurs mois, le journaliste israélien Guy Peleg fait l’objet d’attaques virulentes de la part du Premier ministre Benyamin Netanyahou et de son parti, le Likoud, entraînant un flot de réactions violentes à son égard. Reporters sans frontières (RSF) dénonce des propos irresponsables et dangereux.

Entre le 30 et le 31 août dernier, au moins trois messages dirigés contre Channel 12 ont été publiés sur la page Facebook du Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu. L’une des publications vise directement le journaliste Guy Peleg, à l’origine de révélations sur des affaires de corruption impliquant le dirigeant israélien. Le message est accompagné d’une photo du reporter sur lequel est inscrit “Fake news”. 

En participant ainsi à une campagne de dénigrement contre un média et en ciblant un journaliste en particulier, le Premier ministre israélien contribue à créer un climat de haine contre la presse, réagit Sabrina Bennoui, responsable du bureau Moyen-Orient de Reporters sans frontières (RSF). Ce genre de propos et de procédé est aussi détestable que préjudiciable pour le bon déroulement du processus électoral et la démocratie israélienne dans son ensemble.”

Selon le quotidien Yedioth Ahronoth, le journaliste a reçu des menaces sur les réseaux sociaux et sur WhatsApp, ce qui a poussé sa chaîne à renforcer sa sécurité. L’un des messages affirme :  “Tu incites à la haine contre Bibi (Benyamin Netanyahu, Ndlr), Dieu te le fera payer”. 

Le Premier ministre israélien a par ailleurs appelé vendredi 30 août sur sa page Facebook au boycott de la chaîne israélienne Channel 12.  Cet appel intervient quelques heures seulement après que la Commission électorale a rejeté la demande de son parti, le Likoud, d’empêcher la diffusion par la chaîne de nouvelles révélations sur une affaire de corruption dans laquelle  Benyamin Netanyahou est cité. Le Premier ministre accuse notamment la chaîne “d’attaquer la démocratie israélienne” et de tenter “d’influencer le résultats des élections” législatives en Israël qui se tiendront le 17 septembre prochain. 

Dans le même temps, le fils du dirigeant israélien, Yaïr Netanyahou, a encouragé les détracteurs du journaliste à l’appeler “Pinocchio” et non “Dumbo”, pour se moquer de son physique. En réaction, de nombreux journalistes et des centaines de citoyens israéliens ont exprimé leur soutien à Guy Peleg en partageant sur les réseaux sociaux le slogan : “Je suis Guy Peleg”. 

Selon un décompte de l’ONG israélienne The Seventh Eye, le journaliste de Channel 12 a été attaqué plus de 60 fois par Benyamin Netanyahou et son fils sur les réseaux sociaux entre mai et juillet 2019 et Channel 12 plus de 140 fois.

Israël occupe la 88e place dans le Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF.