Actualités

25 avril 2012 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Un journaliste de NBC agressé par des policiers en uniforme


Reporters sans frontières condamne l'attaque brutale perpétrée par plusieurs membres des forces de police contre le journaliste de la station de radio National Broadcasting Company (NBC), Mark Kayok, le 20 avril 2012, à Port Moresby. Le journaliste aurait été pris à partie après être intervenu pour défendre un ami. 'Depuis le début de l’année, c'est la deuxième agression sur des médias qui implique des forces de l'ordre. A chaque fois, les agresseurs s’en prennent sciemment à des professionnels des médias. La répétition d'attaques de ce type pourrait avoir des conséquences graves en terme d'autocensure des médias', a déclaré Reporters sans frontières. Nous saluons la réaction du ministre de la Communication et de l'Information. Nous tenons cependant à rappeler au gouvernement que toute impunité dans cette affaire indiquerait aux médias, et à la population toute entière, que les forces de l'ordre sont au dessus de la loi', a ajouté l'organisation. Mark Kayok, journaliste spécialisé dans la couverture de procès et de la police, a été agressé à proximité de son bureau dans la soirée du 20 avril. L'ami qui l'accompagnait a été attaqué par des policiers en uniforme qui les auraient suivis, avant que le journaliste n'intervienne. Après avoir identifié ce dernier, les policiers, reprochant à son média d'être trop critique à leur encontre, lui ont cassé le nez et causé d'autres blessures, mineures. L'incident n’a été signalé que le 23 avril, dans le bulletin matinal de la NBC. L'association des journalistes PNG Media Workers Association a condamné l'attaque et s'est inquiétée du 'nombre anormalement élevé de menaces et d'intimidations' à l'encontre des professionnels des médias. Le 9 mars dernier, Reporters sans frontières avait condamné les menaces de mort proférées par des agents de police à l’encontre du journaliste du South Pacific Post (Post Courier), Patrick Talu, le 7 mars 2012, à Port Moresby, alors que ce dernier réalisait un reportage sur la construction d’un gazoduc.