Actualités

11 juin 2002 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Un journaliste canadien expulsé pour avoir enquêté sur les grèves ouvrières


Reporters sans frontières a protesté contre l'interpellation et l'expulsion du journaliste canadien Jiang Xueqin, alors qu'il couvrait des manifestations ouvrières dans le nord-est de la Chine. "Après avoir empêché les journalistes étrangers et chinois de couvrir l'épidémie de sida au Henan, les autorités de Pékin imposent un black-out de l'information sur un autre sujet sensible. Alors qu'un certain nombre de syndicalistes ont été récemment placés derrière les barreaux, il s'agit désormais de faire taire tous ceux qui feront écho à leur combat", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières. L'organisation pour la défense de la liberté de la presse a demandé, dans une lettre adressée au ministre des Affaires étrangères, Tang Jiaxuan, de lever les restrictions qui limitent le travail des journalistes étrangers pour travailler en Chine. "Cette interpellation n'est qu'une énième manifestation des difficultés rencontrées par les correspondants des médias internationaux, qui doivent affronter pressions, violences et filatures diverses", a ajouté M. Ménard. Selon les informations recueillies par l'organisation, Jiang Xueqin, journaliste indépendant, a été expulsé, le 5 juin 2002, après avoir été détenu pendant deux jours à Daqing (province du Heilongjiang, nord-est du pays). Le reporter couvrait une manifestation d'ouvriers pour le Public Broadcasting Service, une chaîne de télévision financée notamment par le gouvernement américain, quand il a été interpellé pour avoir "illégalement tourné des images vidéo". Selon l'un de ses proches, il portait alors sur lui une caméra vidéo et a été accusé d'espionnage. La porte-parole de l'ambassade canadienne a, quant à elle, affirmé que la police n'avait donné aucune raison à cette expulsion. Aucune charge n'aurait été retenue contre le reporter. A son retour à Toronto, Jiang Xueqin a refusé de donner des détails sur sa détention : "Je ne peux pas parler de mon expérience dans l'immédiat, mais je le ferai", a-t-il déclaré. Jiang Xueqin, né dans la province du Guangdong, est retourné vivre à Pékin pendant deux ans en tant que journaliste indépendant. Spécialiste des problèmes sociaux en Chine, il a signé des articles pour le magazine américain Christian Science Monitor ou l'hebdomadaire de Hong Kong Far Eastern Economic Review.