Actualités

10 juillet 2020

Trois ans après la mort de Liu Xiaobo, au moins dix défenseurs de la liberté de la presse sont en danger de mort dans les geôles chinoises

Trois ans après la mort du prix Nobel de la paix et prix RSF Liu Xiaobo, victime d’absence de soins en détention, Reporters sans frontières (RSF) publie la liste de dix défenseurs de la liberté de la presse chinois qui risquent de mourir s’ils ne sont pas immédiatement libérés.

Le 13 juillet marquera le troisième anniversaire de la disparition du prix Nobel de la paix et prix RSF Liu Xiaobo, l’homme qui incarnait la lutte pour la liberté d’expression en Chine, mort d’un cancer non soigné en détention. Selon le décompte effectué par RSF, au moins 114 journalistes et défenseurs de la liberté de la presse restent emprisonnés dans les geôles chinoises, certains à perpétuité. Reporters sans frontières (RSF) publie la liste de dix prisonniers condamnés à de lourdes peines dont l’état de santé fait craindre qu'ils meurent en détention s’ils ne sont pas immédiatement  libérés.


Ilham Tohti50 ans, journaliste, lauréat des prix Vaclav Havel et Sakharov 2019

  • Média : Fondateur de Uyghur Online.
  • Ville de détention : Yili Kazakh (province du Xinjiang).
  • Arrestation : Janvier 2014 
  • Condamnation : Prison à vie pour « séparatisme » (septembre 2014). 
  • Cause probable : Avoir commenté l’actualité de la province autonome du Xinjiang.
  • État de santé : Problèmes cardiaques et pulmonaires, perte de poids, pas d’informations depuis fin 2018.


Gulmira Imin, 42 ans, autrice et webmestre

  • Média : Ancienne administratrice du site d'information Salkin.
  • Ville de détention : Urumqi (province du Xinjiang). 
  • Arrestation : Juillet 2009
  • Condamnation : prison à vie pour « séparatisme » et « divulgation de secret d'État » (avril 2010).
  • Cause probable : Avoir critiqué le gouvernement. 
  • État de santé : Inconnu faute d’informations de la part du régime, mais n’a pu que se détériorer du fait des conditions sanitaires notoirement déplorables dans les prisons chinoises. 


Lu Jianhua (Wen Yu), 60 ans, commentateur politique

  • Média : CCTV, Phenix TV, Singapore Strait Times.
  • Lieu de détention : Yancheng (province de Hebei).
  • Arrestation : Mars 2005
  • Condamnation : Vingt ans de prison pour « divulgation de secrets d'État  » (décembre 2006)
  • Cause probable : Avoir librement commenté la situation économique, politique et sociale chinoise. 
  • État de santé : L’ONG Independent Chinese Pen Center a noté une dégradation de son état de santé ; les autorités ont refusé une demande de libération médicale.


Zhang Haitao, 49 ans, commentateur politique

  • Média : Boxun, Radio Free Asia et Voice of America.
  • Ville de détention : Shaya (province du Xinjiang).
  • Arrestation : Juin 2015
  • Condamnation : Dix-neuf ans de prison pour « incitation à la subversion » et « divulgation de secrets d'État » (janvier 2016).
  • Cause probable : Avoir critiqué les agissements du régime de Pékin sur les réseaux sociaux et lors d’interviews dans des médias étrangers.
  • État de santé : Battu et forcé à porter de lourds fers aux pieds pendant six mois ; victime de privation de nourriture ; pas d’informations depuis avril 2018


Qin Yongmin, 66 ans, journaliste et défenseur des droits humains

  • Média : Rédacteur en chef de la newsletter de l’association China Human Rights Watch et du site Rose China
  • Ville de détention : Wuhan (province du Hubei).
  • Arrestation : Janvier 2015
  • Condamnation : Treize ans de prison pour « incitation à la subversion » (juillet 2018).
  • Cause probable : Avoir suggéré l’idée d’une transition pacifique vers une démocratie respectueuse des droits humains, dont la liberté de la presse. 
  • État de santé : Très affaibli par 20 années passées en détention et en camps de travail lors des décennies précédentes, il s’est évanoui durant son procès. En 2019, sa santé s’est encore détériorée et rien n’indique qu’il ne reçoive des soins.


Huang Qi, 57 ans, lauréat des prix RSF 2004 et 2016

  • Media : Fondateur de 64 Tianwang.
  • Ville de détention : Bazhong (province du Sichuan).
  • Arrestation : Novembre 2016
  • Condamnation : Douze ans de prison pour  « divulgation volontaire de secrets d'État à l'étranger » (juillet 2019).
  • Cause probable : Avoir donné la parole aux victimes d’abus de l’appareil d’État.
  • État de santé : Problèmes cardiaques et hépatiques, séquelles de huit années de prison et de camps de travail ; a subi des coups et blessures. En juillet 2019, RSF a adressé au président Xi Jinping une demande de grâce restée sans réponse.


Yiu Mantin (Yao Wentian), 80 ans, éditeur

  • Media : Morning Bell Press.
  • Ville de détention : Dongguan (province du Guangdong).
  • Arrestation : Octobre 2013
  • Condamnation : Dix ans de prison pour « contrebande de produits interdits » (mai 2014).
  • Cause probable : Avoir tenté de publier un livre à charge contre le président Xi Jinping.
  • État de santé : Asthmatique, cardiaque, malade de la prostate et atteint d’hépatite B, il a fait cinq AVC en dépit desquels ses demandes de libération conditionnelle pour raisons médicales ont été rejetées. Aucune nouvelle depuis novembre 2017.


Gui Minhai (Michael Gui), 56 ans, éditeur de nationalité suédoise, Prix Tucholsky 2019 de PEN Suède

  • Média : Actionnaire principal de la librairie Causeway Bay et de la maison d’édition Mighty Current.
  • Ville de détention : Ningbo (province du Zhejiang)
  • Arrestation : Kidnappé en Thaïlande en octobre 2015.
  • Condamnation : Dix ans de prison pour « diffusion illégale à l’étranger d’informations classées » (février 2020).
  • Cause probable : Avoir tenté de publier un livre sur les maîtresses du président Xi Jinping.
  • État de santé : Présente les symptômes d’une grave maladie neurologique ; empêché de consulter le médecin de son ambassade, au mépris du droit consulaire. 


Wu Gan, 47 ans, blogueur et commentateur politique

  • Média : Twitter
  • Ville de détention : Qingliu (province du Fujian)
  • Arrestation : Mai 2015
  • Condamnation : Huit ans de prison pour « incitation à la subversion » (décembre 2017) .
  • Cause probable : Avoir ironisé sur la corruption des cadres du Parti communiste.
  • État de santé : Victime de tortures, de mauvais traitements et de privation de sommeil, il a perdu 15 kilos en détention. Souffre de douleurs musculaires, d’une pression artérielle instable et de problèmes cardio-vasculaires dus aux électrocutions qu’il a subi. Dernières nouvelles reçues en mars 2019.


Jiang Yefei, 53 ans, caricaturiste

  • Média : Boxun
  • Ville de détention : Chongqing
  • Arrestation : Octobre 2015
  • Condamnation : Six ans et demi de prison pour « incitation à la subversion » et « franchissement illégal de la frontière » (juillet 2018). 
  • Cause probable : Avoir fait des dessins satiriques sur la situation des droits de l’homme en Chine.
  • État de santé : Aurait été torturé et serait aveugle d’un oeil faute de soins. 


La Chine, la plus grande prison au monde pour les journalistes, se situe au 177e rang sur 180 dans le Classement mondial RSF de la liberté de la presse 2020.