Actualités

12 juillet 2016 - Mis à jour le 19 juillet 2016

Syrie: un journaliste d’Aljazeera Mubasher tué par un bombardement russe

Ibrahim Al-Omar - Aljazeera.net
Reporters sans frontières (RSF) a appris avec tristesse la mort du journaliste syrien Ibrahim Al-Omar, 38 ans, reporter pour Aljazeera Mubasher, tué le 11 juillet 2016 pendant qu’il couvrait des bombardements dans la banlieue d’Idlib. RSF dénonce les nombreuses obstructions à la liberté d’information en Syrie, et la violence extrême dont sont victimes les journalistes dans l’exercice de leur métier.

Originaire de la banlieue d’Alep, le journaliste Ibrahim Al-Omar collaborait avec la chaîne Aljazeera Mubasher, la chaine d’émissions en direct du groupe Aljazeera Media Network, basée au Qatar. Selon la chaine Aljazeera, il a été tué alors qu'il couvrait les bombardements russes sur la commune de Tarmanin, près de la ville d'Idlib.


“RSF déplore la perpétuation de conditions inacceptables de travail pour les journalistes en Syrie, allant jusqu’à la mort des acteurs de l’information, déclare Reporters sans frontières. Les journalistes sont ciblés, harcelés, tués alors qu’ils ne font que couvrir les évènements. RSF condamne fermement les bombardements indifférenciés, qui font quotidiennement de nombreuses victimes civiles, parmi lesquelles figurent régulièrement des journalistes.”


Dans son communiqué, le groupe Aljazeera précise que de nombreux collaborateurs de la chaîne sont déjà morts en couvrant le conflit en Syrie. En décembre 2015, le jeune cameraman de la chaine Aljazeera, Zakaria Ibrahim, 19 ans, a été tué par un bombardement du régime de Bashar El-Assad, dans la banlieue nord de Homs.


Pour rappel, RSF soutient la plainte déposée à Washington contre le régime de Bachar el-Assad, pour l’assassinat de la journaliste américaine Marie Colvin à Homs, en 2012.


La Syrie est un des pays les plus meurtriers pour les journalistes. Selon le recensement de RSF, près de 200 journalistes et journalistes citoyens y ont été tués depuis le début du conflit en mars 2011, dont 6 en 2016.

Le pays occupe la 177e place sur 180 dans le Classement mondial de la liberté de la presse établi en 2016 par Reporters sans frontières.