Actualités

22 novembre 2019 - Mis à jour le 23 novembre 2019

Suite à l'incendie du quotidien The Epoch Times, RSF appelle l’exécutif hongkongais à agir pour que cessent les violences contre la presse

Suite à l'incendie criminel du quotidien The Epoch Times, Reporters sans frontières (RSF) demande une nouvelle fois à la cheffe de l'exécutif hongkongais Carrie Lam de rétablir la pleine liberté de la presse et de mettre fin aux violence contre les médias.

Un entrepôt de l’imprimerie du quotidien The Epoch Times, édition hongkongaise, a été victime le 19 novembre d'un incendie criminel perpétré par quatre individus masqués et armés de matraques. L’incendie a pu être contrôlé et aucune victime n’est à déplorer mais une rotative d’imprimerie a été endommagée. Le quotidien The Epoch Times, un média basé au États-Unis et proche au mouvement religieux Falungong interdit et persécuté en Chine, est très actif sur la couverture des manifestations à Hong Kong. 


« La violence contre les journalistes à Hong Kong a atteint un tel niveau que le simple fait de couvrir l’actualité met leur vie en danger, ce qui est absolument inacceptable », s’indigne Cédric Alviani, directeur du bureau Asie de l'Est de Reporters sans frontières (RSF), qui exhorte à nouveau la cheffe de l'exécutif Carrie Lam à « respecter sans plus attendre l'engagement de protéger la liberté de la presse qu'elle a pris en août dans sa réponse écrite à RSF. »


Depuis le début des manifestations à Hong Kong en juin, les journalistes travaillent sous une très forte pression et beaucoup d'entre eux ont été victimes de violences de la part des forces de l'ordre et de gangsters pro-pékin (voir ici la chronologie des violences contre la presse). Le 29 septembre, une journaliste indonésienne a perdu la vue à l'œil droit après avoir été touchée par une balle de défense tirée par la police. 


Dans le Classement mondial de la liberté de la presse, la région administrative spéciale de Hong Kong a chuté du 18e rang en 2002 à la 73e place cette année. La Chine, pour sa part, est au 177e rang sur 180 pays et territoires évalués.