Actualités

21 octobre 2019 - Mis à jour le 22 octobre 2019

Somalie : RSF dénonce “un acharnement” des autorités du Puntland contre un ex-directeur de radio

Ahmed Sheikh Mohamed. Crédit : Nusoj
Reporters sans frontières (RSF) condamne fermement la répression en cours contre les journalistes de la région autonome du Puntland après l’arrestation de l’un d’entre eux, déjà contraint de quitter ses fonctions face à la multiplication des pressions.

Ahmed Sheikh Mohamed, dit “Tallman”, reste derrière les barreaux. Arrêté le 17 octobre à Garowe, capitale du Puntland, région autonome du nord-est de la Somalie, le journaliste est poursuivi pour incitation à la révolte, troubles à l’ordre public et diffamation envers les forces de l’ordre. Son audience prévue lundi a été renvoyée au 23 octobre. L’ex-directeur de Radio Daljir est dans le collimateur des autorités locales depuis plusieurs semaines après que son média a révélé la mort d’un prisonnier à la suite d’actes de torture infligés par les policiers pendante son interrogatoire. La radio avait fait l’objet d’un raid de la police et lui-même avait été cité à comparaître devant une Cour militaire le 28 septembre. Face au tollé provoqué par cette affaire, la justice militaire s’était finalement déclarée incompétente pour juger un civil et avait présenté ses excuses. Mais les pressions ont continué, contraignant le journaliste à quitter ses fonctions de directeur de la radio, puis à son arrestation. 

“Nous condamnons fermement l’acharnement des autorités locales contre ce journaliste et plus généralement contre l’ensemble des médias indépendants du Puntland, déclare Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF. Nous appelons le gouvernement fédéral de la Somalie ainsi que l’ensemble des partenaires du pays à faire pression sur les autorités du Puntland afin qu’elles libèrent ce journaliste et qu’elles mettent fin à la politique de répression en cours contre les médias qui tentent d’exercer leur rôle de quatrième pouvoir”.

Le 24 septembre, RSF avait déjà publiquement dénoncé la forte dégradation de la liberté de la presse au Puntland. Le ministre de l’Information avait alors annoncé son intention d’obliger les journalistes à s’enregistrer auprès de ses services et de révoquer les accréditations de celles et ceux qui ne seraient pas jugés assez professionnels. Quelques jours plus tôt, il avait déjà ordonné la fermeture de Puntlandtimes.com après que le site d’information avait fait état d’une manifestation de fonctionnaires du ministère réclamant le paiement d’arriérés de salaires. 

Ahmed Sheikh Mohamed, dit “Tallman”, est le deuxième journaliste emprisonné ces dernières semaines en Somalie. Le reporter freelance Abdulkadir Barre Moallim est incarcéré depuis le 25 septembre à Baidoa, capitale de la région de Bay dans le sud-ouest du pays. Pour l’instant aucune charge n’a été officiellement retenue contre lui. Son arrestation était intervenue à la suite d’un reportage réalisé sur un rassemblement d’opposants politiques à l’actuel président de la région.  

La Somalie occupe la 164e place sur 180 dans le Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF.