Actualités

12 janvier 2018

RSF va participer à une mission inédite sur la liberté de la presse aux Etats-Unis

Brendan Smialowski / AFP
Reporters sans frontières (RSF) rejoint du 15 au 19 janvier une délégation internationale d’organisations de défense de la liberté de la presse, à l’appel du Comité pour la protection des journalistes (CPJ) et de l'International Freedom of Expression Exchange (IFEX). Menée aux Etats-Unis, où les journalistes exercent dans un environnement de plus en plus menaçant depuis la prise de pouvoir du président anti-média Donald Trump, cette mission d'enquête vise à collecter des informations et des témoignages sur l’état du journalisme dans le pays.

Du 15 au 19 janvier, le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire, et la directrice du bureau de Washington, Margaux Ewen, se joindront aux représentants des organisations CPJ, IFEX, Article 19, Index on Censorship et International Press Institute (IPI) aux Etats-Unis, dans le cadre d’une mission sur la liberté de la presse. Ensemble, ils rencontreront des journalistes et des responsables politiques à Houston (Texas), à Columbia et Saint Louis (Missouri) ainsi qu’à Washington DC pour recueillir des données sur l'état de la liberté de la presse aux Etats-Unis, faire entendre leurs principaux sujets de préoccupation et exprimer leur solidarité envers les membres des médias américains.


Tout au long de sa première année de mandat, le président américain n’aura eu de cesse d’affaiblir les médias et de porter atteinte aux journalistes, déclare Christophe Deloire, le secrétaire général de RSF. "La dérive des Etats-Unis dont la Constitution entérine pourtant la liberté de la presse est franchement inquiétante. Le changement est si radical que RSF doit désormais se coordonner avec le CPJ et d’autres organisations internationales pour procéder sur le territoire américain à des missions d’enquête, qui sont d’habitude réservées aux pays où les conditions de travail des journalistes sont catastrophiques, comme le Mexique ou l’Ukraine.


L’incessante rhétorique anti-média du président Trump a contribué à l’augmentation des attaques physiques ainsi qu’à des arrestations visant des journalistes, et donc plus largement au déclin de la liberté de la presse aux Etats-Unis. Donald Trump a menacé de retirer des accréditations à certaines rédactions, diminué le nombre de conférences de presse données à la Maison Blanche, appelé à la création de lois fédérales sur la diffamation pour lutter contre ce qu’il qualifie de “fausses informations”, et délibérément contourné le rôle des médias en utilisant les réseaux sociaux, et notamment Twitter, pour discréditer les couvertures médiatiques qu’il jugeait défavorables. Tous ces agissements ont eu des conséquences désastreuses sur le niveau de confiance des Américains envers les journalistes.


Le site internet U.S. Press Freedom Tracker, un outil de surveillance de la liberté de la presse lancé l’année dernière aux Etats-Unis et dont RSF est partenaire, vise à répertorier les abus envers les journalistes commis à travers le pays. Selon les données collectées en 2017, au moins 32 journalistes ont été arrêtés, 39 attaqués physiquement, et 16 ont vu leur matériel confisqué au cours de l’année écoulée.


Les Etats-Unis ont perdu en un an deux places au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF, se situant à la 43e place. Les violations de la liberté de la presse survenues en 2017 seront prises en compte dans le classement de 2018, qui enregistrera très certainement une nouvelle chute des Etats-Unis.