Actualités

10 octobre 2018 - Mis à jour le 18 octobre 2018

RSF saisit l’ONU de la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi

Protestors hold pictures of missing journalist Jamal Khashoggi during a demonstration in front of the Saudi Arabian consulate, on October 5, 2018 in Istanbul.
Reporters sans frontières (RSF) a saisi conjointement avec d’autres ONGs le Groupe de travail des Nations unies sur les disparitions forcées sur le cas de Jamal Khashoggi, qui n’a pas reparu depuis sa visite au consulat saoudien à Istanbul mardi dernier. RSF demande par ailleurs une enquête internationale indépendante pour déterminer ce qu’il lui est arrivé.

Reporters sans frontières et les organisations de défense des droits humains Al Karama et Al Qst ont saisi aujourd’hui le Groupe de travail des Nations unies sur les disparitions forcées sur le cas  du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. RSF demande également une enquête internationale et indépendante pour déterminer ce qui est arrivé à Jamal Khashoggi, à l’instar de David Kaye, le rapporteur spécial de l’ONU sur la liberté d’opinion et d’expression, d’Agnès Callamard, la rapporteuse spéciale de l’ONU sur les exécutions sommaires ou arbitraires, et du groupe de travail de l’ONU sur les disparitions forcées ou involontaires.

 

 

La disparition du célèbre éditorialiste saoudien s’est produite dans un contexte de répression intensifiée des journalistes et blogueurs dans son pays d’origine. Depuis septembre dernier, plus d’une quinzaine d’entre eux ont été arrêtés en Arabie saoudite dans la plus grande opacité.

 

 

Entre 25 et 30 journalistes professionnels ou non sont actuellement emprisonnés en Arabie saoudite qui occupe la 169e place sur 180 au Classement mondial 2018 de la liberté de la presse établi par RSF.