Actualités

25 mai 2016

RSF inquiète du refoulement d’un correspondant étranger d’Egypte

Egypt/Journalists Protesting - KHALED DESOUKI / AFP
Reporters sans frontières (RSF) exprime sa vive inquiétude à la suite du refoulement, à l’aéroport du Caire, du correspondant des médias français La Croix et RTL, et ce sans aucun motif. L’organisation demande aux autorités de s’expliquer.

Le correspondant de La Croix et RTL, Rémy Pigaglio, a été refoulé hier soir à l’aéroport du Caire après avoir été retenu près de 30h en zone internationale. Installé au Caire depuis août 2014, il rentrait de vacances en France. Ses papiers - visa et carte de presse égyptienne - étaient en règle. Le journaliste n’a pas été interrogé, et n’a reçu aucune explication concernant son refoulement. L’intervention de l’ambassade française n’a rien pu y faire.


RSF demande aux autorités de s’expliquer sur le renvoi de ce journaliste, déclare Alexandra El Khazen, responsable du bureau Moyen-Orient de l’organisation. Au vu des circonstances de son refoulement, tout laisse à penser qu’il s’agit d’une pratique d’intimidation à l’encontre des correspondants étrangers installés au Caire. C’est pour le moins un signal inquiétant lancé à l’attention de la presse étrangère”.


Son passeport et son téléphone lui ont été confisqués dès qu’il s’est présenté à la police égyptienne de l’aéroport le lundi 23 mai dans l'après-midi. Rémy Pigaglio a tout juste eu le temps de prévenir ses confrères installés dans la capitale égyptionne, avant de passer la nuit du lundi au mardi dans la zone aéroportuaire. Les correspondants français au Caire ont exprimé leur solidarité en donnant l’alerte et en dénonçant la répression grandissante des autorités sur les médias égyptiens et étrangers.


Selon un correspondant étranger sur place contacté par RSF, ce qui s’est passé est inédit et “jamais un correspondant étranger avec des papiers en règle n’a été refoulé”.


L’Egypte est une des plus grandes prisons pour les journalistes, après la Chine, l’Erythrée et l’Iran. Le pays figure à la 159ème place (sur 180) du Classement de la liberté de la presse établi par RSF en 2016.