Actualités

27 avril 2018

RSF déplore la réaction de la Maison Blanche sur le Classement mondial de la liberté de la presse 2018

NICHOLAS KAMM / AFP
Lors de la sortie du Classement mondial de la liberté de la presse 2018 établi par Reporters sans frontières (RSF), dans lequel les Etats-Unis perdent deux places - la porte-parole de la Maison Blanche Sarah Huckabee Sanders a estimé qu'il était "ridicule" de suggérer que Trump ou son administration puissent être responsables de ce déclin.

Lors d’une conférence de presse, mercredi 25 avril, le reporter de Voice of America, Steven Herman, a demandé à la porte-parole de la Maison Blanche Sarah Huckabee Sanders si elle avait pris connaissance de la baisse des Etats-Unis au Classement, et des raisons de cette chute attribuées principalement aux attaques répétées du président envers les médias. La porte-parole a aussitôt rejeté l’idée que Trump ou son administration aient fait quoi que ce soit qui aurait pu entraver la liberté de la presse aux Etats-Unis, déclarant que cette administration était l’une des plus accessibles de ces dernières décennies. “Le simple fait que je me tienne devant vous et que je réponde à vos questions sans examen au préalable est un bon exemple de liberté de la presse, et je pense que c’est tout à fait ridicule d’affirmer le contraire”, a-t-elle ajouté.


Sarah Huckabee Sanders prétend que la liberté de la presse aux Etats-Unis est bonne, et que sa présence le prouve : le porte-parolat existe sous tous les régimes, quel que soit le niveau de liberté, déclare Christophe Deloire, secrétaire général de RSF. La porte-parole de Donald Trump fait preuve de déni lorsqu’elle qualifie de ridicule la place des Etats-Unis dans le Classement et récuse la responsabilité de Donald Trump. Au-delà des brimades incessantes de Donald Trump envers les journalistes et les médias au cours de sa première année de mandat, cette période a vu une augmentation, largement documentée, des arrestations, des attaques violentes et du harcèlement en ligne à l’encontre des journalistes au niveau local. Il est impensable que quiconque ayant pris connaissance de ces données ose juger ridicule le déclin de la presse dans ce pays.”


En savoir plus sur le compte rendu de RSF sur le déclin de la liberté de la presse aux Etats-Unis.