Actualités

10 juin 2016

RSF demande à Port Moresby de faire cesser les violences contre les journalistes

SOURCE : http://asiapacificreport.nz : Students outside the University of Papua New Guinea's Michael Somare Library getting ready for the peaceful march to Parliament. Some Uniforce campus security guards in view. Image: Citizen Journalist
Après l’agression de la journaliste de la National Broadcasting Corporation (NBC) Rose Amos par des policiers le 8 juin 2016 en marge d’une manifestation étudiante violemment réprimée à Port Moresby, Reporters sans frontières (RSF) demande aux autorités papouan-néo-guinéennes de faire cesser les violences et de punir les membres des forces de l’ordre qui s’en sont rendus coupables.

Alors que des étudiants protestaient contre le Premier ministre Peter O’Neill aux abords de l’Université de Papouasie-Nouvelle-Guinée, la police de Port Moresby a ouvert le feu blessant plusieurs manifestants. D’après le président du Conseil des médias (MCPNG) Alexanander Rheeney, la journaliste Rose Amos, clairement identifiable comme journaliste grâce à des vêtements aux couleurs de sa chaîne, « a tenté de se réfugier vers les policiers mais a été frappé à coup de poing par un policier lourdement armé et à coup de pied par un autre, avant de perdre l ‘équilibre et de tomber par terre. Un troisième policier l’a alors frappée à nouveau jusqu’à ce qu’intervienne un autre officier » qui l’a alors conduite dans un véhicule de la police.


« Nous condamnons vivement cet assaut sur une journaliste qui ne faisait que remplir ses fonctions avant de chercher légitimement un abri en direction des forces de l’ordre, déclare Benjamin Ismaïl, responsable du bureau Asie-Pacifique de Reporters sans frontières. Force est de constater que les violences policières à l’encontre des journalistes sont en hausse. Le Premier ministre ne peut laisser impunies les attaques à l’encontre des professionnels des médias qui servent l’intérêt général. Des mesures rapides doivent également être prises afin que ces violences ne se reproduisent pas.»


La Journalism Students Association basée à l'Université du Pacifique sud aux Fidji a également condamné les violences dans un communiqué publié aujourd'hui. University of the South Pacific


Le 1er juin, une journaliste de TV Wan et deux reporters de la NBC ont été agressés par un policier en civil dans les locaux du commissariat de police de Boroko, à Port Moresby alors qu’ils couvraient l’arrestation d’étudiants suspectés d’ébriété.


Bien que le pays occupe le 55ème rang sur 180 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse 2016, les journalistes sont parfois victimes de pressions de la part du gouvernement du Premier ministre Peter O’Neill. L’annonce, en novembre 2015, d'instaurer un tribunal spécial pour les médias chargé de répondre à la « désinformation délibérée et à la propagations de mensonges et de propos malveillants », selon les termes employés par le ministre de l'information, fait peser le risque d’une autocensure généralisée de la presse padouane-néo-guinéenne.