Actualités

1 juillet 2016

RSF demande aux autorités de Bahreïn de permettre à Nazeeha Saeed de voyager

RSF dénonce le jeu mené par les autorités bahreïnies pour dissuader une journaliste bahreïnie de sortir du territoire sans fournir aucune justification. RSF demande aux autorités de remédier à cette situation immédiatement.

«Les autorités nient une quelconque interdiction de voyager à l’encontre de la journaliste Nazeeha Saeed. Pourtant, cette dernière voit sa sortie du territoire strictement refusée par la police sans justification, déclare Alexandra El Khazen, responsable du bureau Moyen-Orient de l’organisation. RSF exhorte les autorités à s’expliquer au plus vite


Nazeeha Saeed, correspondante pour France 24 et pour la radio Monte-Carlo Doualiya, mais aussi pour des médias panarabes comme le site Raseef22 et le journal Al-Hayat, a été renvoyée chez elle par un policier quand elle s’est rendue tôt le 29 juin tôt le matin à l’aéroport de Manama. Elle avait prévu des vacances en Europe. Le policier a pourtant été incapable d’expliquer le motif de cette interdiction. La journaliste, stupéfaite, a alors décidé de se renseigner avec son avocat Hameed Al Mulla auprès du département de l’Immigration, du ministère public mais aussi du bureau des investigations criminelles (CID). Tous ont nié l’existence d’une interdiction officielle de sortie de territoire à son encontre. Toutefois quand elle a essayé le même jour plus tard dans la journée d’emprunter la chaussée du Roi Fahd, qui relie l’île de Bahreïn à l’Arabie saoudite, elle s’est également vue refuser la sortie du territoire. Qui est responsable ?


Contactée par RSF, la journaliste a déclaré: «Cette situation est frustrante. Je suis très inquiète. Quelle est la suite?»


Près de 15 journalistes et blogueurs sont actuellement emprisonnés au Bahrein. Le Royaume du Bahrein se place en 162e position sur 180 du Classement mondial de la liberté de la presse établi en 2016 par Reporters Sans Frontières.