Actualités

10 janvier 2018

Première preuve de vie pour un otage en Syrie, RSF demande la libération immédiate de Shiraaz Mohamed

hommage à Johannesburg en janvier 2017 pour demander la libération de Shiraaz Mohamed
Près d’un an jour pour jour après son enlèvement par des hommes armés dans le nord-ouest de la Syrie, Reporters sans frontières (RSF) se réjouit d’apprendre que les proches du photo-journaliste sud-africain Shiraaz Mohamed ont reçu une preuve de vie.

L’organisation humanitaire sud-africaine Gift of the Givers, a publié un communiqué annonçant avoir reçu une preuve de vie du photo-journaliste Shiraaz Mohamed. Les réponses à dix questions envoyées par la famille -et transmises par des intermédiaires- ont permis de confirmer que seul le journaliste avait pu y répondre. Depuis près d’un an, ses proches et l’ONG n’avaient eu aucune information fiable sur sa situation et ils ignorent encore à ce jour les raisons de son enlèvement.


“RSF est soulagée d’apprendre que le journaliste indépendant Shiraaz Mohamed, qui s’était rendu en Syrie pour documenter la situation humanitaire, est en vie, déclare l’organisation. Bien que l’identité de ses ravisseurs demeure inconnue, nous demandons sa libération immédiate et sans conditions ainsi que celle de tous les autres journalistes otages à ce jour en Syrie”.


Le journaliste avait été enlevé le 10 janvier 2017 avec deux employés de l’ONG par des individus se présentant comme “des représentants de tous les groupes armés en Syrie" pour “régler un malentendu”. Les employés ont été libérés peu de temps après.

Les revers militaires subis par le groupe Etat islamique durant l’année 2017 et la perte de leurs principaux fiefs de part et d’autre de la frontière irako-syrienne ne se sont pas encore traduits par une amélioration des conditions de sécurité pour les journalistes. RSF reste par ailleurs sans nouvelle des journalistes qui étaient détenus dans les villes de Mossoul et Raqqa, reprises récemment par les forces irakiennes et une coalition arabo-kurde soutenue par les Américains. Au moins 29 journalistes et citoyens journalistes, dont sept étrangers, sont toujours otages de groupes armés en Syrie.


Le pays figure à la 177ème place (sur 180) du Classement 2017 de la liberté de la presse dans le monde établi par RSF.