Actualités

7 avril 2003 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Plusieurs journalistes qui couvraient des arrestations de manifestants anti-guerre pris à partie par les forces de l'ordre


Le 4 avril au Caire, plusieurs journalistes ont été pris à partie par les forces de l'ordre lors d'une tentative de rassemblement contre la guerre (sur la place Sayada Aïcha) qui a conduit à l'arrestation de manifestants. "C'est la seconde fois en l'espace de quinze jours que les forces de l'ordre s'en prennent aux journalistes pendant les manifestations contre la guerre. C'est pour le moins inquiétant. Nous réitérons notre demande au général Habib al-Adeli, ministre de l'Intérieur : laisser les journalistes, Egyptiens comme étrangers, exercer leur métier. Ils doivent être en mesure de couvrir les manifestations sans craindre pour leur sécurité", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières, qui a rappelé que, durant les manifestations des 20, 21 et 22 mars, au moins cinq journalistes avaient été frappés ou menacés par les forces de l'ordre. Le vendredi 4 avril 2003, alors que les forces de l'ordre dispersaient - en arrêtant nombre d'entre eux - les militants qui s'apprêtaient à manifester, Laura-Julie Perrault, journaliste au quotidien canadien La presse, a été prise à partie par quatre policiers en civil alors qu'elle refusait de quitter le périmètre de sécurité. Son "fixer", une journaliste de l'hebdomadaire francophone Al Ahram Hebdo, a été menacée d'être arrêtée. Une demi-heure plus tard, alors qu'elles se trouvaient dans une rue adjacente, l'un de ces policiers a vidé son sac sur le sol et pris ses papiers dont sa carte du syndicat de la presse. Ils ne lui ont pas été rendus à ce jour. Le même jour, Philip Ide, du Mail on Sunday (supplément du quotidien britannique Daily Mail) a été agressé par plus d'une dizaine de policiers en civil alors qu'il venait de s'entretenir, dans un café, avec des membres de la famille d'un militant qui venait d'être arrêté. Le journaliste a été jeté à terre et maintenu violemment, et son appareil photo a été saisi. Il s'est rendu plus tard au commissariat de Khalifa (quartier du Caire) pour récupérer son appareil photo. En vain. Rhoda Metcalfe, pigiste canadienne pour CBC (Canadian Broadcasting Corporation) et Radio Netherlands, a été violemment prise à partie par des policiers en civil qui lui ont confisqué son magnétophone. Deux jeunes journalistes d'Al Ahram Hebdo ont été frappées sur les lieux de la manifestation par des policiers en civil. Alors qu'elles se présentaient au commissariat pour porter plainte, on leur a recommandé de ne pas le faire pour ne pas s'attirer d'ennuis.