Actualités

18 mai 2004 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Peine de mort commuée à l'encontre du journaliste sportif Zaw Thet Htwe


La Cour suprême a condamné en appel quatre personnes à trois ans de prison, dont le journaliste sportif Zaw Thet Htwe. En première instance, la sentence prononcée avait été la peine de mort. Reporters sans frontières et la Burma Media Association (BMA) se félicitent de la décision de la Cour suprême d'annuler le peine de mort à l'encontre du journaliste sportif et de ses coaccusés. Cette clémence des juges décrédibilise l'accusation insensée du gouvernement militaire d'une participation de Zaw Thet Htwe à un complot contre la junte militaire. Reporters sans frontières et la Burma Media Association réitèrent donc leur demande d'une libération immédiate de Zaw Thet Htwe. Le 12 mai 2004, les juges de la Cour suprême ont condamné en appel à trois ans de prison Zaw Thet Htwe, Min Kyi, Aye Myint et Zaw Myo Htet. Ces trois derniers avaient été accusés d'avoir transmis des informations à l'Organisation internationale du travail. Le verdict a été annoncé le lendemain aux familles. Cinq autres accusés ont été condamnés à la prison à vie. Début avril, leur avocat, U Naing Ngwe Ya, avait déclaré : "Personne n'a trouvé d'explosifs et de documents antigouvernementaux en leur possession (…). Il n'y a aucun acte de haute trahison et ils doivent être libérés sans condition." Ma Khine Cho Zaw Win, l'épouse de Zaw Thet Htwe doit rendre visite à son mari à la prison d'Insein le 23 mai. En avril, Reporters sans frontières et la BMA avaient demandé à la Cour suprême, au vu du déroulement arbitraire et inéquitable du procès en première instance, de reconnaître l'innocence du journaliste et des autres accusés. Le 28 novembre 2003, un tribunal militaire avait condamné le journaliste sportif et huit autres personnes à la peine de mort pour "haute trahison" dans une tentative d'assassinat des dirigeants de la junte militaire. Le rédacteur en chef de First Eleven était notamment accusé d'avoir transmis des informations à des militants d'opposition basés à l'étranger. Il a été torturé lors d'interrogatoires menés par les services secrets militaires (MIS). L'arrestation de Zaw Thet Htwe serait en réalité liée au succès du magazine sportif First Eleven, spécialisé dans le football, et à sa ligne éditoriale indépendante.