Actualités

3 juin 2015 - Mis à jour le 27 juillet 2017

Pedro Canché : enfin libre !


Après près de neuf mois d’incarcération, le journaliste et activiste maya Pedro Canché a été libéré de prison. Reporters sans frontières (RSF) se dit soulagée et salue cette décision de justice.


Dans la nuit du 28 mai 2015, un tribunal de Cancun a déclaré ne pas avoir suffisamment de preuves à l’encontre de Pedro Canché et affirmé que sa mise en détention violait les droits du journaliste. Le tribunal a ordonné la libération immédiate de ce dernier. Pedro Canché avait été arrêté le 30 août dernier pour délit de sabotage. Il était incarcéré à Felipe Carrillo Puerto, dans l’Etat de Quintana Roo (sud-est). Bien que la justice ait reconnu le 24 février dernier des irrégularités dans la procédure, il était resté détenu depuis.


Dans une brève interview accordée à RSF, Pedro Canché affirme, ému : “Je sens que c’est un triomphe pour la liberté d’expression et je suis très content. J’ai l’impression de renaître. Je me sens aussi un peu bizarre et de temps à autre, j’ai peur que cela se reproduise. J’ai l’impression d’avoir perdu cinq ans.


Roberto Borge, gouverneur de Quintana Roo, l’appareil judiciaire et la mairie de Carillo Puerto devaient adopter ou rejeter la recommandation 13/2015 de la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) avant le 1er juin. Cette institution avait demandé le 11 mai dernier l’indemnisation du journaliste, la présentation d’excuses ainsi que l’initiation d’ateliers de sensibilisation sur les droits de l’homme et la liberté d’expression aux fonctionnaires locaux.


Reporters sans frontières est soulagé de la remise en liberté de Pedro Canché, déclare Claire San Filippo, responsable du bureau Amériques de l’organisation. Nous exhortons le gouverneur de Quintana Roo d'accepter et de mettre en oeuvre les recommandations de la Commission nationale des droits de l'homme dans cette affaire. Le journaliste doit désormais obtenir une indemnisation et des excuses.


Pedro Canché était parrainé par la section espagnole de Reporters sans frontières. Le 3 mai dernier, à l’occasion de la journée internationale de la liberté de la presse, la section avait présenté son témoignage ainsi que celui de sa famille.


Le Mexique se situe à la 148e place sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières, publié en février 2015.