Actualités

15 avril 2020 - Mis à jour le 6 mai 2020

Papouasie-Nouvelle-Guinée : le ministre de l’Intérieur demande le licenciement de deux reporters qui ont diffusé des informations sur le Covid-19

Le ministre de l'Intérieur Bryan Kramer, le rédacteur politique et économique de Loop Freddy Mou, et la journaliste de Post-Courier Gorethy Kenneth (sources : PNG National Parliament/ Twitter/ Loop - image : RSF).
Reporters sans frontières (RSF) dénonce l'ingérence d’un représentant du gouvernement papou-néo-guinéen contre deux journalistes qui se sont contentés de faire leur travail, dans un esprit d'intérêt public particulièrement crucial en période de pandémie.

Ils seraient “indignes de confiance”. Le rédacteur politique et économique du site d’information en ligne Loop PNG Freddy Mou, et la journaliste du quotidien anglophone Post-Courier PNG Gorethy Kenneth ont été violemment pris à partie par le ministre de l’Intérieur papou-néo-guinéen, Bryan Kramer. Dans un message publié le 11 avril sur sa page Facebook “Kramer Report”, ce dernier a même appelé au licenciement des deux journalistes.


Bryan Kramer accuse le journaliste d’avoir publié un article “malveillant et trompeur”, qui aurait “déformé” les propos du ministre du Budget concernant l’utilisation de fonds mis à disposition du gouvernement pour lutter contre le Covid-19. Afin de rétablir les faits, le journaliste a publié une vidéo de l’interview du ministre du Budget, laquelle a ensuite été partagée par sa collègue Gorethy Kenneth sur  Whatsapp, dans un groupe de discussion consacré au Covid-19 qui réunit plusieurs médias. 


“Un membre du gouvernement n’a pas à décider du licenciement de journalistes au motif qu’ils auraient rapporté des informations qui lui déplaisent, déclare le responsable du bureau Asie-Pacifique de RSF, Daniel Bastard. Il s’agit là d’une intolérable ingérence dans le nécessaire travail de la presse. Nous demandons au ministre Bryan Kramer de retirer immédiatement ses accusations contre les journalistes Freddy Mou et Gorethy Kenneth, qui se sont contentés de relayer des informations d'intérêt public particulièrement utiles en période de pandémie.”


La Papouasie Nouvelle-Guinée occupe la 38e place sur 180 pays au Classement mondial 2019 de la liberté de la presse.