Actualités

13 avril 2018

Nouvelle coupure des réseaux sociaux au Tchad

© Alok Sharma
Le réseau internet, et notamment l’accès aux applications WhatsApp et Facebook, est fortement perturbé depuis plus de deux semaines au Tchad. Reporters sans frontières (RSF) demande aux autorités tchadiennes de mettre fin à cette nouvelle censure en ligne.

Depuis le 28 mars, l’accès à Facebook et à l’application Whatsapp est fortement restreint au Tchad. Le réseau internet a commencé à dysfonctionner à l’issue d’un forum sur la réforme des institutions, qui avait été boycotté par l’opposition. Les participants à cette rencontre avaient une semaine pour réviser l’organisation politique et administrative du Tchad. Le principe de l’instauration d’une IVe République aux pouvoirs renforcés pour le président Idriss Déby Itno à la tête du pays depuis 1990 a été validé, ce qui pourrait permettre au chef de l’Etat de rester au pouvoir jusqu’en 2033. Après son adoption en Conseil des ministres mardi, ce projet de loi doit encore être examiné par l’Assemblée nationale.


Des tensions au sein de l’ethnie au pouvoir qui se sont ouvertemente exprimées sur les réseaux sociaux pourraient également être à l’origine de ces coupures. Contactée par Reporters sans frontières (RSF), Madeleine Alingué, la porte-parole du gouvernement, n’a pas souhaité réagir dans l’immédiat. Les opérateurs n’ont pas non plus communiqué officiellement sur le sujet depuis le début des perturbations.


“A chaque fois que des tensions surviennent dans l’actualité politique ou sociale tchadienne, le réseau internet est perturbé quand il n’est pas tout simplement coupé, dénonce Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF. Le pays s’illustre désormais comme étant l’un des pires censeurs en ligne d’Afrique sub-saharienne. Les autorités tchadiennes doivent rétablir l’accès complet à internet dans le pays.”


L’accès à internet est reconnu par l’ONU comme un droit fondamental depuis 2016. Cette même année, la réélection controversée d’Idriss Déby Itno avait été suivie par une coupure d’internet pendant plusieurs semaines et des réseaux sociaux pendant 8 mois. Les autorités avaient alors évoqué des “raisons de sécurité”. Le 25 janvier dernier, le réseau a également été coupé pendant 24 heures, le jour où une manifestation contre les mesures d’austérité avait été interdite.


Le Tchad occupe la 121ème place sur 180 dans l’édition 2017 du Classement de la liberté de la presse établi par RSF.