Actualités

14 mars 2018

Niger : Baba Alpha bientôt libre !

© Baba Alpha
Reporters sans frontières (RSF) a appris avec soulagement la libération prochaine du journaliste nigérien Baba Alpha. Le présentateur de la télévision Bonferey a vu sa condamnation pour “détention de faux papiers d’identité” réduite en appel à un an de prison ferme.

Baba Alpha doit sortir de prison le 4 avril prochain, un an tout juste après avoir été incarcéré à Niamey, la capitale nigérienne. Initialement condamné à deux ans de prison ferme et 10 ans de privation de ses droits civiques et politiques pour “faux et usage de faux” et détention de papiers d’identité falsifiés, le journaliste de la télévision privée Bonferey a vu, lundi 12 mars, sa peine réduite en appel à deux ans de prison dont une année avec sursis.


Son avocat Maître Mossi Boubacar, joint par RSF, se félicite de la “décision courageuse” de la Cour d’appel de Niamey mais annonce son intention de se pourvoir en cassation pour faire annuler une “condamnation excessive révélatrice des pressions exercées sur la presse critique du pouvoir.”


“C’est une décision en demi-teinte, regrette RSF. La libération prochaine de Baba Alpha est un soulagement mais nous déplorons le fait que la peine n’ait pas été simplement annulée. Le fait que ce présentateur, connu pour ses positions critiques à l’égard du gouvernement, ait passé une année en détention pour des accusations disproportionnées reste un message inquiétant pour tous les journalistes du pays qui veulent faire entendre d’autres voix que celle du pouvoir.”



Dans un contexte sécuritaire dégradé, la liberté de la presse s’est fortement détériorée ces dernières années au Niger. Le pays occupe la 51ème place au classement mondial établi par RSF en 2017.