Actualités

28 novembre 2006 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Mise en examen de trois journalistes du Midi Libre, Reporters sans frontières appelle à une meilleure protection du secret des sources


Trois journalistes du Midi Libre contre lesquels Jacques Blanc, l'ancien président UMP du Conseil régional du Languedoc-Roussillon avait porté plainte en juillet 2005 pour « recel de violation du secret professionnel », ont été mis en examen le 28 novembre 2006. « Nous espérons vivement qu'un non-lieu sera prononcé dans ce dossier. Nous sommes particulièrement inquiets de la multiplication en France et en Europe des poursuites à l'encontre de journalistes invoquant le « recel de violation du secret de l'instruction » ou celui « du secret professionnel ». Ce sont autant de tentatives pour les contraindre à révéler leurs sources et limiter le champ d'action de la presse. Ces pressions témoignent d'un durcissement des rapports de force entre les médias et les autres pouvoirs. C'est cette tendance qui est à l'origine de la position de la France au 35e rang du classement mondial de la liberté de la presse », a déclaré Reporters sans frontières. Contacté par l'organisation, Philippe Palat, rédacteur en chef du quotidien, a dénoncé l'acharnement judiciaire dont les journalistes sont les cibles. « Ils ont été mis en examen nominativement. Ce procédé n'a qu'un seul but : faire pression sur eux pour les contraindre à révéler leurs sources, ce qu'ils ne feront jamais, a-t-il déclaré. Nous ne nous laisserons pas intimider. Nous avons d'ailleurs continué de traiter le dossier de la gestion de la région par Jacques Blanc dans nos colonnes et nous continuerons de le faire. » Le 5 juillet 2006, le SRPJ de Montpellier avait perquisitionné les locaux du Midi Libre. Les disques durs des ordinateurs avaient été copiés par les policiers. Ces derniers cherchaient à découvrir comment les journalistes avaient obtenu copie d'un prérapport de la Commission régionale des comptes. Ce document dressait le bilan de la gestion de la région de 1986 à 2004, période du mandat de Jacques Blanc. Il avait été publié dans les éditions des 25 et 26 octobre 2005 du Midi Libre.