Actualités

3 décembre 2018

Mexique : un journaliste assassiné le jour de l’investiture du président López Obrador

Le journaliste mexicain Jesús Alejandro Márquez Jiménez a été abattu dans l’Etat de Nayarit, le jour même où le nouveau président a pris officiellement ses fonctions. RSF appelle les autorités locales à privilégier la piste professionnelle dans l’enquête, et demande au président Andrés Manuel López Obrador de faire de la protection de journalistes une priorité de son mandat.

Le fondateur du site d’informations Orión Informativo et ancien collaborateur du journal local “Crítica”, Jesús Alejandro Márquez Jiménez, a été tué par balles le samedi 1er décembre dans la ville de Tepic, dans l’Etat de Nayarit (ouest du Mexique). Sa famille avait signalé sa disparition dans l’après midi. Son corps retrouvé quelques heures plus tard au bord d’une route, criblé de balles, a été formellement identifié le lendemain.


Sur son site Orión Informativo, Jesús Alejandro dénonçait vigoureusement et de façon très explicite les liens des fonctionnaires et hommes politiques de la région avec le crime organisé.


Il était également engagé en politique pour le parti Morena (Movimiento Regeneración Nacional) dans la ville de Tuxpan, ou il avait récemment proposé sa candidature comme conseiller municipal. Selon les premières informations recueillies par RSF, Jesús Alejandro avait été, il y a 6 mois, accusé de diffamation par des membres de la municipalité voisine de Tecuala.


“Les autorités de Nayarit doivent mener une enquête exhaustive sur cette sombre affaire, et privilégier la piste professionnelle, déclare Emmanuel Colombié, directeur du bureau Amérique latine de RSF. Ce nouvel assassinat, symboliquement survenu le jour de l’investiture du président López Obrador témoigne une fois encore de l’urgence pour les autorités fédérales mexicaines de réformer et repenser en profondeur le système de protection ds journalistes à travers tout le pays”.


Le nouveau président mexicain s’est engagé à lutter contre la corruption. La plupart des journalistes assassinés au Mexique, enquêtait sur des faits de collusion entre les responsables politiques locaux et le crime organisé.    


En 2018, au moins 9 journalistes ont été tués au Mexique en lien avec leurs activités professionnelles. En novembre, les journalistes Rodrigo Acuña Morales (Veracruz) et Ana Ledesma (Quintana Roo) ont miraculeusement survécu à des tentatives d’assassinats.


Le Mexique est classé au 147ème rang sur 180 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse publié par RSF.