Actualités

11 juin 2021 - Mis à jour le 14 juin 2021

Mexique : RSF salue une avancée significative dans l’enquête sur l’assassinat de Javier Valdez

Suite à la condamnation du dernier responsable matériel de l’assassinat de Javier Valdez, Reporters sans frontières (RSF) et son partenaire Propuesta Civica font part de leur satisfaction, et demandent aux autorités mexicaines de poursuivre leurs efforts pour traduire en justice le commanditaire de cette exécution.

Quelques jours avant son assassinat le 15 mai 2017, Javier Valdez, écrivain, fondateur de l’hebdomadaire Riodoce et collaborateur du quotidien La Jornada et de l'AFP avait affirmé : “Miroslava (ndlr : se référant à la journaliste Miroslava Breach, assassinée quelques jours plus tôt) a été tuée car elle parlait trop : que nous soyons tous tués si tel est le prix pour dénoncer cet enfer. Non au silence !” Il était l’une des rares voix à dénoncer ouvertement la permissivité du gouvernement de son État, le Sinaloa, face aux cartels. Il n'hésitait pas à désigner les  narcotrafiquants de la région en révélant leurs noms et leurs visages. 


Ce mardi 8 juin, le juge fédéral José Noé Egure Yañez a prononcé la condamnation de Juan Francisco Picos, alias “El Quillo”, pour sa participation matérielle à l'homicide. La sentence finale et la durée de son emprisonnement seront rendues publiques entre le 18 et le 21 juin. 


Les 58 preuves apportées au procès-verbal par le Parquet spécial pour la surveillance des délits commis contre la liberté d’expression (FEADLE) et les avocats de l’organisation Propuesta Cívica, partenaire de RSF au Mexique, ont permis de démontrer la participation et la culpabilité de Juan Francisco Picos Barrueta. Les deux parties ont insisté auprès du juge pour que la liberté d’expression soit prise en compte dans l’analyse.


Plus de quatre ans après la mort de Javier Valdez, le caractère planifié de son exécution a pu être prouvé, grâce à la présentation de preuves irréfutables. Cette condamnation est le résultat de l’action résolue de Propuesta Cívica, soutenue par  RSF et des organisations représentant les victimes. Cette mobilisation a accompagné et soutenu l’action des autorités locales, fédérales et judiciaires mexicaines.


Les audiences ont mis en relief l’importance du travail journalistique de Javier Valdez et l’impact de ces dernières publications qui dénonçaient ouvertement les activités criminelles du cartel de Sinaloa. Le juge a établi que l’homicide a été la  conséquence directe de son travail d’investigation. Des preuves accablantes ont également été présentées contre l’instigateur de l’assassinat, Dámaso López Serrano alías el “Mini Lic”, c. Leader d’un groupe de narcotrafiquants, el “Mini Lic”  s’est livré à la justice américaine en 2017, dans le cadre d’autres poursuites pour activités criminelles. 


“Ce verdict constitue un précédent important dans la lutte contre l'impunité des crimes perpétrés contre les journalistes au Mexique, un des pays les plus violents du monde pour la presse. Il constitue un motif d’espoir pour les centaines d’autres cas de violence restés jusqu’ici impunis”, déclare Emmanuel Colombié, directeur du bureau Amérique latine pour RSF.


Ce cas a mis à l’épreuve la  justice pénale mexicaine. Il a mis en lumière les nombreux défis à relever à l’avenir pour que les bureaux des procureurs, au niveau local comme fédéral, puissent améliorer leurs techniques d’investigation. Par ailleurs, l’affaire n’est pas encore bouclée *: les autorités doivent notamment poursuivre leurs efforts pour juger et condamner  l’instigateur présumé du meurtre. .


Quatre recommandations à l’attention des autorités mexicaines


RSF et Propuesta Civica saluent le courage et la persévérance de la famille de Javier Valdez dans son combat judiciaire  et émettent quatre  recommandations à l’attention des  autorités mexicaines :

Au Tribunal de première instance :

  •  Prononcer une sentence exemplaire en appliquant la peine maximale de prison contre Francisco Picos Barrueta, ainsi qu’une réparation pécuniaire intégrale pour les victimes.

Au Bureau du procureur général de la République:

  •  Mettre en œuvre l’avis de recherche pour parvenir à l’arrestation de l’instigateur présumé de l 'homicide, en utilisant toutes les ressources et les moyens nécessaires.
  •  Mettre en place toutes les démarches de collaboration internationale nécessaires pour obtenir l’extradition de l’instigateur présumé de l’homicide

Au Mécanisme fédéral de protection des journalistes (SEGOB) :

  • Maintenir  les mesures de protection pour la famille de Javier Valdez

À la Commission exécutive d’attention aux victimes :

  •  Accomplir sa mission auprès des victimes indirectes de cet assassinat et garantir leur droit à réparation.

Le Mexique est classé au 143e rang sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse publié par RSF.


*Avec Juan Francisco Picos Barrueta, alias “el quillo”, les trois auteurs matériels de l’assassinat de Javier Valdez sont désormais hors d’état de nuire : Heriberto Picos Barraza, alias “el koala” a été condamné en 2020 à 14,5 ans de prison, et Luis Ildefonso Sánchez Romero, alias “el diablo, a été assassiné en 2017.