Actualités

16 avril 2021 - Mis à jour le 5 mai 2021

Mexique: RSF et Propuesta Cívica avec l’hebdomadaire Proceso saisissent formellement le Procureur Fédéral de l’assassinat de Regina Martínez, et soumettent à la CPI une nouvelle plainte

Free Press Unlimited
Afin de renforcer la lutte contre l’impunité dont jouissent les crimes contre les journalistes au Mexique, Reporters sans frontières (RSF) et ses partenaires demandent à la justice fédérale de rouvrir l’enquête, jusqu’ici entachée de nombreuses irrégularités, sur l’assassinat de Regina Martínez, survenu en 2012 et qui avait provoqué une onde de choc dans tout le pays.

Ce vendredi 16 avril 2021, RSF, son partenaire Propuesta Cívica ainsi que le magazine mexicain Proceso ont officiellement saisi le parquet fédéral spécialisé dans les atteintes à la liberté d'expression (FEADLE) pour demander la réouverture de l’enquête sur l’assassinat de la journaliste Regina Martínez. 


La correspondante de Proceso a été retrouvée morte le 28 avril 2012, après une série de reportages sur les agissements des narcotrafiquants et la corruption des autorités locales dans l’État du Veracruz. L’enquête du bureau du procureur du Veracruz, qui avait mené à l’arrestation et à la condamnation d’un suspect, est depuis plusieurs années à l’arrêt et a été marquée par d’innombrables irrégularités et zones d’ombre. Surtout, la piste reliant l’assassinat au travail journalistique de Regina Martinez a été totalement négligée.


“Les autorités mexicaines doivent mettre en place un plan d’urgence pour la justice et lutter efficacement contre l’impunité des crimes contre les journalistes, déclare Antoine Bernard, conseiller de RSF sur le contentieux international et le plaidoyer.  Il est indispensable que les liens entre les publications de Regina Martinez et son assassinat puissent être analysés en priorité. Cette plainte déposée au Mexique appelle la justice à faire enfin la lumière sur cet assassinat”


Un nouveau rapport d’investigation intitulé « L’assassinat de Regina Martínez Pérez : une opportunité pour la justice », publié ce 17 mars 2021 par Free Press Unlimited, RSF et le CPJ, rend compte de graves anomalies dans l’enquête officielle menée par les autorités de Veracruz. Le rapport révèle notamment que le principal suspect de l’assassinat a été condamné sur la base d’aveux obtenus sous la torture, et inclut plusieurs déclarations de témoins contredisant la version officielle du crime. 


La plainte déposée à la FEADLE est une nouvelle initiative contentieuse de RSF pour lutter contre l'impunité dont jouissent les crimes contre les journalistes au Mexique, dans le droit fil des actions engagées auprès de la CPI. Le 12 mars 2019, soit il y a à peine plus de deux ans, RSF et Propuesta Civica saisissaient la Cour pénale internationale (CPI) des crimes commis contre les journalistes dans le pays entre 2006 et 2018. La communication vise 102 cas d’assassinats, dont celui de Regina Martínez, et 14 cas de disparitions forcées de journalistes au cours des mandats des présidents Felipe Calderon (2006-2012) et Enrique Peña Nieto (2012-2018), restés presque tous impunis. Ce 9 février 2021, RSF envoyait une communication supplémentaire à la CPI, mentionnant les 19 nouveaux assassinats de journalistes survenus depuis lors dans le pays, portant à 135 le nombre d'assassinats ou de disparitions forcées de journalistes visés par ces plaintes, en deux ans. RSF rappelle qu’en 2020, au moins huit journalistes ont été assassinés en lien direct avec leur travail au Mexique, confirmant sa place de leader dans la catégorie des pays les plus dangereux au monde pour la profession.


Le Mexique est classé au 143e rang sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse publié par RSF.