Actualités

29 juin 2016

Menaces permanentes contre les journalistes en Syrie

© Zamanalwsl
RSF apprend avec tristesse la mort du caméraman Khaled El Issa qui a succombé à ses blessures le soir du 24 juin dernier dans un hôpital en Turquie. RSF condamne par ailleurs la mise en scène de l’assassinat de cinq journalistes-citoyens par le groupe Etat islamique.

Khaled Issa, 25 ans, est décédé vendredi dernier dans la soirée dans un hôpital à Antakya à la suite de ses blessures graves causées par l’explosion d’une bombe artisanale le 16 juin visant le bâtiment où il résidait dans le quartier de Chaar à Alep avec le journaliste syrien Hadi Abdullah. Tous deux ont été gravement blessés à la suite de cette explosion survenue tard dans la nuit. Deux jours plus tôt, ils avaient été blessés à la tête alors qu’ils couvraient les combats à Alep. Les internautes sur les réseaux sociaux ont dénoncé une tentative d’assassinat à l’encontre des deux journalistes et militants syriens.


D’un autre côté, le groupe Etat islamique a diffusé le dimanche 26 juin une vidéo intitulée “Inspiration de Satan” montrant l’assassinat de cinq jeunes journalistes-citoyens syriens dans la province de Deir Ezzor, accusés d’avoir travaillé avec des médias ou enquêté sur le groupe extrêmiste.


RSF adresse ses sincères condoléances aux familles des victimes et condamne fermement toutes menaces et attaques contre les journalistes, professionnels ou non, par les différentes parties au conflit en Syrie” déclare Alexandra El Khazen, responsable du bureau Moyen-Orient de l’organisation. “Ces journalistes prennent des risques énormes uniquement en faisant leur travail. Non seulement toutes les parties au conflit sont responsables des exactions commises à leur encontre, mais il est crucial pour les autorités d’un pays d’accueil de protéger les journalistes qui fuient les fléaux de la guerre”.


Les deux journalistes Khaled Issa et Hadi Abdullah avaient été transférés dans un hôpital en Turquie pour recevoir des soins. Alors que l’état de santé de Hadi Abdullah s’était stabilisé, celui de son collègue dans le coma était critique. Une campagne s’était déclenchée sur les réseaux sociaux le 23 juin en soutien au journaliste Khaled Issa et pour faire pression sur le gouvernement allemand afin qu’il lui délivre un visa médical. Bien qu’il ait finalement obtenu ce visa, le journaliste a succombé à ses blessures avant son transfert.


Dans la vidéo du groupe Etat islamique, les cinq journalistes-citoyens sont mis en scène et témoignent sur leurs activités journalistiques avant d’être sauvagement assassinés. Des menaces directes sont adressés à tous ceux qui travaillent pour des médias ou ONG critiques du groupe EI, qu’ils soient à l’intérieur ou extérieur de la Syrie. Le groupe EI a également revendiqué l’assassinat du journaliste syrien Zaher Al Sherqat à Gaziantep et montré des photos des journalistes et journalistes-citoyens Naji Jerf, Ibrahim Abdel Qader et Fares Hammadi. RSF n’a pas pu vérifier encore le parcours des journalistes-citoyens mis en scène dans ces vidéos.


Pour rappel, RSF avait demandé au Conseil de sécurité des Nations Unies la saisine de la Cour Pénale Internationale (CPI) pour les crimes commis contre les journalistes en Irak et en Syrie.


La Syrie occupe la 177e place sur 180 dans le Classement mondial de la liberté de la presse établi en 2016 par Reporters sans frontières.