Actualités

6 janvier 2020 - Mis à jour le 7 janvier 2020

Malaisie : un journaliste menacé de mort pour avoir enquêté sur les conditions d’enseignement dans une école primaire

Mohd Ishak, journaliste pour la chaîne radio-télévision TV3, dévoile sa plainte aux médias le mercredi 1 janvier 2020 suite aux violences dont il est victime sur Facebook. (Photo : The Star Online, TV3 Broadcast)
Reporters sans frontières (RSF) appelle les autorités à tout mettre en oeuvre pour retrouver les auteurs des menaces de mort dont est victime le journaliste d’investigation Mohd Ishak et assurer sa protection.


Journaliste pour la chaîne de télévision TV3 depuis 14 ans, Mohd Ishak a reçu de multiples menaces allant du tabassage à la mise à mort, suite à un reportage dénonçant les conditions déplorables dans lesquelles étudiaient les enfants de l’école primaire religieuse Wakaf Mempelam dans l’Etat de Terengganu (au nord-est de Kuala Lumpur). 

 

 

Ces menaces de mort, “une première dans sa carrière”, selon le journaliste, ont été postées sur sa page d’accueil Facebook après la diffusion d’une vidéo dévoilant notamment le manque d’eau et d’électricité dans l’école. Mohd Ishak a porté plainte le mercredi 1er janvier 2020 craignant pour sa vie et celle de sa famille. 

 

 

Les autorités doivent agir au plus vite pour arrêter les auteurs de telles menaces et protéger le journaliste et sa famille, affirme le bureau Asie-Pacifique de RSF. Depuis l’arrivée au pouvoir de l’alliance politique “Pakatan Harapan” et la nomination en 2018 du Premier ministre Mahathir Mohamad, la Malaisie a positivement évolué vers plus de respect du droit d’information des journalistes. Elle doit aujourd’hui faire un pas de plus pour permettre aux journalistes d’investigation, qui prennent des risques pour dévoiler la vérité dans l’intérêt de tous, de travailler en toute sécurité.” 

 

 

La Malaisie se classe à la 123e place sur 180 pays dans le Classement mondial pour la liberté de la presse établi par RSF en 2019.