Actualités

10 mai 2006 - Mis à jour le 20 janvier 2016

"Le Sud-Kivu ne doit pas devenir une petite Somalie congolaise"


Reporters sans frontières est inquiète de la terreur que font régner des hommes en uniforme sur les journalistes congolais travaillant dans la province du Sud-Kivu (Est). Après l'assassinat, en 2005, du militant des droits de l'homme Pascal Kabungulu, l'organisation exhorte le gouvernement de Kinshasa et l'ONU à garantir des conditions de sécurité minimum, à l'approche des élections de l'été 2006.
Reporters sans frontières est extrêmement inquiète de la terreur continue que font régner certains hommes en uniforme sur les journalistes congolais travaillant dans la province du Sud-Kivu (Est), depuis l'assassinat encore impuni, dans la nuit du 31 juillet au 1er août 2005, du militant des droits de l'homme Pascal Kabungulu Kibembi. “Il est insupportable que la peur des hommes en uniforme, l'impunité des criminels et la violence s'ajoutent à la pauvreté des populations civiles. Nous ne nous résignons pas au fait que le Sud-Kivu puisse devenir une petite Somalie congolaise. A l'approche des élections, les journalistes ont droit à ce que leurs épouvantables conditions de travail soient prises au sérieux par le gouvernement de Kinshasa et la Mission de l'Organisation des Nations unies au Congo (Monuc). Aujourd'hui, le rétablissement d'un minimum de sécurité pour la presse et les organisations de défense des droits de l'homme passe par le jugement sérieux et rapide des assassins de Pascal Kabungulu et de leurs complices”, a déclaré Reporters sans frontières. Pascal Kabungulu, âgé de 55 ans, a été assassiné par balles à son domicile de Bukavu, en présence de sa famille, dans la nuit du 31 juillet au 1er août 2005, peu après 3 heures 30 du matin, par deux hommes en uniforme et un homme en civil, armés de fusils-mitrailleurs AK-47 et de couteaux. Secrétaire exécutif de l'association Héritiers de la justice et vice-président de la Ligue des droits de la personne dans la région des Grands Lacs (LDGL), il était considéré par les journalistes du Sud-Kivu comme l'un des leurs en raison de ses enquêtes sur les exactions commises par les militaires et les mouvements rebelles. Les assassins se sont enfuis en emportant un ordinateur portable, un téléviseur, 15 dollars et une paire de chaussures appartenant à leur victime. Très vite, les soupçons se sont portés sur le lieutenant-colonel Thierry Ilunga, commandant de la 105e brigade des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) et ancien cadre de la rébellion soutenue par le Rwanda et l'Ouganda, le RCD Goma, aujourd'hui intégré à la vie politique congolaise. En mai 2003, le lieutenant-colonel Ilunga avait publiquement menacé de mort le militant des droits de l'homme après que ce dernier avait publié un rapport sur le pillage des ressources minières du Kivu organisé par ses hommes et lui. Quelques jours après l'assassinat de Pascal Kabungulu, le lieutenant-colonel Ilunga était venu, arme au poing, libérer deux suspects qui avaient été mis aux arrêts par la police, le capitaine Gaston Sangba et le lieutenant Basco Labama. Pour se justifier, le lieutenant-colonel avait affirmé que les deux hommes avaient été placés “en résidence surveillée”. Une commission d'enquête diligentée par le gouverneur intérimaire de la province du Sud-Kivu de l'époque, Didace Kaningini, a abouti au procès de huit suspects, dont Thierry Ilunga, qui s'est ouvert fin novembre 2005 devant le tribunal militaire de la garnison de Bukavu. Selon le scénario du crime présenté par le ministère public, le capitaine Gaston Sangba et le lieutenant Basco Labama ont transporté en jeep les trois assassins, dont le caporal Liaka Mafolo, alias “Patrick Le Blanc”, qui serait l'auteur des coups de feu mortels. Les deux militaires, qui faisaient le guet, auraient agi sur commande, contre paiement, par Thierry Ilunga qui voulait faire croire à un acte de banditisme. A la fin de l'audience du 12 décembre, particulièrement accablante pour le lieutenant-colonel, celui-ci a tenté en vain de s'enfuir en s'emparant de l'arme d'un soldat présent dans le tribunal après que le ministère public avait demandé son inculpation pour “assassinat” et “association de malfaiteurs”, ainsi que son incarcération immédiate en compagnie de l'un de ses présumés complices, le gouverneur Kaningini. Celui-ci est accusé d'avoir sciemment saboté l'enquête pour détourner les soupçons qui pesaient sur Thierry Ilunga. Détenus à la prison centrale de Bukavu, ils ont tous deux été remis en liberté le lendemain “en raison des pressions de tous bords sur le tribunal et l'auditeur supérieur”, selon l'avocat de l'association Héritiers de la justice, Roger Muchuba. L'audience suivante, prévue le 14 décembre, ne s'est pas tenue. Le 21 décembre, le major José Diemo, représentant le ministère public, a déclaré que le procès serait transféré à la Cour militaire du Sud-Kivu, sans préciser de calendrier. Depuis cette date, rien n'a avancé. Les violences et les actes de banditisme, voire les homicides, commis par des hommes en uniforme se sont multipliés ces dernières années dans l'est de la RDC, entre autres envers les journalistes. Ceux-ci sont vus comme une source de revenus faciles, du fait qu'ils possèdent souvent de l'argent liquide, des enregistreurs, des appareils photo numériques ou des téléphones portables. Ainsi, à titre d'exemple, dans la soirée du 20 décembre 2005, Ladislas Kibiswa Itabingo, chargé des émissions en langue kirega de la radio rurale Apide (Appui et conseils aux projets et initiatives de développement endogène), basé à Kamituga (Sud-Kivu), a été abattu par trois hommes en uniforme, au domicile d'une femme qui l'hébergeait à Bukavu. Le journaliste s'était rendu à Bukavu pour voter dans le cadre du référendum constitutionnel du 18 décembre. Le mobile des assassins, qui ont également tué un vieillard qui habitait la même maison, n'est pas clair. Deux jours plus tard, le 23 décembre, Tuver Wundi, journaliste de la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC, radio publique), a été pris en otage, en compagnie de sa famille, par un commando de cinq hommes armés qui ont saccagé son domicile de Goma (Nord-Kivu) et volé près de mille dollars, ainsi que des appareils électroniques. Le lendemain, Kady Azuba, journaliste du Centre Lokole, filiale de l'organisation internationale Search For Common Ground (SFCG), a été dévalisée par trois hommes armés en uniforme, alors qu'elle rentrait, dans la soirée, de la messe de Noël. Dans la nuit du 4 au 5 décembre, une jeune journaliste de la radio communautaire Messager du peuple, Justine Kuonewa, basée à Uvira (environ 130 km de Bukavu), a été attaquée et dévalisée à son domicile par un commando d'au moins trois hommes armés et en uniforme. Après l'avoir ligotée et menacée, ses trois agresseurs ont emporté deux téléphones portables, un enregistreur à mini-disques, des cassettes audio, son carnet de notes, ainsi qu'un ordinateur, un téléviseur, deux enregisteurs à cassettes, 230 dollars en liquide et divers autres biens qu'elle devait remettre à son employeur. Quatre mois plus tôt, le 23 août 2005, Robert Kwigomba, journaliste de la RTNC à Bukavu, avait été retrouvé mort non loin de son domicile, avec des traces de liens aux poignets et aux pieds. Les circonstances de sa mort n'ont jamais été élucidées. Le jour de son enterrement, son père et sa veuve ont affirmé que le journaliste s'était dit menacé par des hommes qu'il ne voulait pas nommer, “pour ne pas créer de problèmes entre les familles”. Aujourd'hui, l'insécurité demeure. Si nombre de civils sont indistinctement victimes de violence, les journalistes ou enquêteurs d'organisations de défense des droits de l'homme continuent d'être des cibles. Les suites de l'affaire Kabungulu, notamment, continuent de peser sur un climat déjà difficile. Ainsi, tôt dans la matinée du 7 avril 2006, trois militaires sous les ordres d'un certain “lieutenant T2” se sont présentés au domicile du juriste Idesbald Byabuze Katabaruka, professeur à la faculté de droit de l'Université catholique de Bukavu (UCB) et militant des droits de l'homme, témoin dans l'affaire Kabungulu. Les trois hommes en uniforme ont d'abord frappé à la porte de l'appartement voisin et ont demandé : “Où est le professeur de l'UCB ?”. Malade depuis plusieurs jours, Idesbald Byabuze était sur le balcon de son domicile en compagnie de sa sœur, députée, lorsqu'il a entendu la conversation. “J'ai tout de suite compris qu'ils étaient venus me chercher”, a-t-il raconté. “Après s'être présentés chez moi, les militaires ont demandé à me voir, mais ma sœur s'y est opposée en présentant son macaron de députée.” Le chef du groupe a alors téléphoné au commandant de la 10e région militaire, le général Matthieu Agolowa Kangilo, pour demander des instructions. L'officier supérieur a ordonné à ses hommes d'utiliser la force pour pénétrer dans le domicile. “Ma sœur est également intervenue auprès d'autres officiels, qui ont saisi le général, mais sans succès”, déclarait-il dans un courriel envoyé le lendemain à l'association “Les amis de la paix du Sud-Kivu”. “Ma santé se dégrade. Les militaires se relaient devant mon appartement. Ils sont maintenant en civil pour tromper ma vigilance”, concluait-il. Depuis cette date, Idesbald Byabuze est sorti de la clandestinité, après que les autorités ont pris l'engagement de garantir sa sécurité. Le 9 avril, vers 21 heures 30, Dieudonné Malekera Bahati, rédacteur en chef de l'hebdomadaire privé L'Aurore, a été interpellé par trois militaires armés, à proximité de son domicile, avenue du Pesage, à Bukavu. Leur chef a immédiatement braqué une lampe torche sur ses yeux. S'exprimant en swahili, il a appelé le journaliste par son nom et lui a lancé : “Nous savons que tu es journaliste et que tu prépares ton prochain numéro, dans lequel tu accuses les militaires d'être à l'origine de l'insécurité qui règne en ville. Tu parles beaucoup du général Agolowa.” L'un des hommes a alors fait tomber le journaliste dans la boue. Un autre l'a fouillé intégralement, examinant un à un les papiers qu'il portait sur lui. Les papiers et son téléphone portable lui ont été rendus, mais les trois militaires ont volé les 200 dollars qui étaient destinés à l'imprimerie du journal et la carte SIM contenant le répertoire du journaliste, avant de quitter les lieux, en direction du camp militaire Saïo. Le jour suivant, soit le 10 avril vers 2 heures du matin, deux hommes armés et en uniforme ont fait irruption au domicile d'Emmanuel Barhayiga Shafari, directeur de l'hebdomadaire Le Souverain primaire paraissant à Bukavu. Sous la menace de leurs armes, les agresseurs ont enjoint le journaliste de leur remettre tous les documents en sa possession concernant les suites de l'affaire Kabungulu, notamment les photographies, prises lors du procès, des colonels Thierry Ilunga et Simba Husseni. Ils ont également exigé que leur soit remise la photographie d'Idesbald Byabuze. Après qu'Emmanuel Barhayiga leur a expliqué qu'il ne conservait pas ces documents chez lui, les trois militaires ont quitté les lieux en promettant de revenir et de lui réserver un sort “pire que la fois dernière”. Moins d'un an auparavant, le 15 juin 2005, le journaliste avait été agressé par plusieurs hommes en civil devant le panneau sur lequel il affiche son journal, en face de sa rédaction située dans l'immeuble Maison bleue, non loin de la place Feu rouge, à Bukavu. En le frappant, ses agresseurs lui avaient demandé : “Quel intérêt tu as à jouer avec ta vie en racontant dans ton journal tous les faits et gestes des militaires ?” Frappé à la tête avec une pièce d'amortisseur d'automobile, il avait dû être hospitalisé. Aussitôt, Emmanuel Barhayiga avait décidé de se cacher et de ne plus communiquer qu'avec sa famille ou ses proches amis. Après que les autorités locales avaient pris l'engagement de le protéger, il avait pu reprendre une vie normale. A ce jour, aucun de ces actes de banditisme n'a donné lieu à des suites judiciaires.