Actualités

8 juillet 2021

Le Parlement européen condamne la fermeture d’Apple Daily et appelle le gouvernement hongkongais à libérer tous les journalistes détenus

PHOTO : SEBASTIEN BOZON / AFP
Dans une résolution d’urgence votée le 8 juillet, le Parlement européen condamne la fermeture forcée du quotidien Apple Daily et demande la libération immédiate de tous les journalistes détenus à Hong Kong. Reporters sans frontières (RSF) salue cette résolution plus que nécessaire pour faire face à l’intensification de la répression sur la liberté de la presse dans le territoire.

Le 8 juillet 2021, le Parlement européen a adopté à une large majorité (578 des 680 membres présents ont voté pour, soit 85%) une résolution d’urgence dénonçant la fermeture d’Apple Daily, l’un des derniers grands médias en langue chinoise critique du régime de Pékin, et la détérioration rapide de la liberté de la presse à Hong Kong. La résolution demande aussi la libération immédiate et sans condition de tous les journalistes ainsi que l’abandon des charges qui pèsent contre eux.


« Cette résolution du Parlement européen est une étape importante pour répondre aux atteintes à la liberté de la presse à Hong Kong, mais il est désormais essentiel que tous les gouvernements démocratiques et les autres organisations internationales expriment aussi leur désapprobation vis à vis de la campagne de répression orchestrée par le régime chinois », insiste le directeur du bureau Asie de l'Est de RSF, Cédric Alviani.


Dans la résolution, le Parlement européen exprime « sa plus vive solidarité avec tous les journalistes de Hong Kong qui, malgré l’entrée en vigueur de la loi sur la sécurité nationale, continuent à défendre avec acharnement la liberté des médias et le journalisme indépendant et à rendre compte de l’évolution dramatique des événements » et appelle le gouvernement hongkongais à « mettre fin à tout harcèlement juridique et à toute intimidation à l’encontre des journalistes »


Le 30 juin 2020, le régime de Pékin a adopté une loi sur la sécurité nationale qui lui permet de réprimer avec une apparence de légalité tout ce qu’il considère comme relevant du « terrorisme », de la « sécession », de la « sédition » et de l’« interférence étrangère ». Depuis l’entrée en vigueur du texte, pas moins de dix journalistes et défenseurs de la liberté de la presse ont été arrêtés en vertu de ce texte et risquent la prison à vie. À ce jour, cinq d’entre eux restent sous les verrous dont Jimmy Lai, le fondateur du quotidien Apple Daily et lauréat 2020 du prix RSF de la liberté de la presse. 


RSF a récemment procédé à deux saisines d’urgence de l’Organisation des Nations unies, l’appelant à « prendre toutes les mesures nécessaires » pour sauvegarder la liberté de la presse à Hong Kong et notamment obtenir la libération immédiate de Jimmy Lai.


Autrefois bastion de la liberté de la presse, Hong Kong est passée de la 18e place en 2002 à la 80e place en 2021 au Classement mondial de la liberté de la presse de RSF. La République populaire de Chine stagne pour sa part au 177e rang sur 180.