Actualités

31 juillet 2019

Le journaliste mexicain Rogelio Barragán Pérez assassiné dans l'État de Morelos

Source: Diario La Prensa
Le journaliste Rogelio Barragán Pérez a été assassiné le mardi 30 juillet dans la ville de Zacatepec, dans l’Etat du Morelos (centre du pays). Il s’agit du 8ème journaliste assassiné au Mexique en 2019. RSF demande aux autorités locales et fédérales de faire toute la lumière sur cette nouvelle affaire sordide.

Selon les premières informations du Parquet local de Morelos, la police aurait retrouvé le corps inanimé de Rogelio Barragán Pérez (49 ans) aux alentours de 18h20, dans le coffre de sa propre voiture, abandonnée dans la municipalité de Zacatepec, dans l’Etat de Morelos. La famille de Rogelio Barragán Pérez a pu formellement et rapidement identifier son corps, qui portait de nombreuses lésions au visage et à la tête. 

Rogelio Barragán Pérez travaillait comme journaliste depuis plus de 10 ans dans la région. Après avoir oeuvré pour les médias locaux Ecos de Guerrero et Agencia Informativa Guerrero, il avait fondé le site d’informations en ligne Guerrero Al Instante, qu’il dirigeait, écrivant notamment pour les rubriques judiciaires et policières (Nota Roja).

Contactés par RSF, ses collègues de travail ont confié que Rogelio Barragán Pérez, comme la plupart des membres de la rédaction de Guerrero Al Instante, avait décidé de ne pas signer ses article pour des raisons de sécurité. 

Les autorités de Morelos doivent prioriser la piste professionnelle dans leurs investigations, et identifier au plus vite les auteurs de cet assassinat, déclare Emmanuel Colombié, directeur du bureau Amérique latine pour RSF; “Rogelio est déjà le 8ème journaliste tué en 2019 au Mexique. Jusqu’où ira ce décompte macabre ? Le gouvernement d'Andres Manuel López Obrador doit de toute urgence prendre des décisions courageuses pour endiguer cette spirale infernale de violences contre la presse.

L’assassinat de Rogelio Barragán Pérez conforte le statut du Mexique comme le pays le plus meurtrier du monde pour la presse en 2019. Avant lui, Norma Garabia Sarduza, Francisco Romero Diaz, Telésforo Santiago Enríquez, Jesús Eugenio Ramos Rodríguez, Rafael Murúa Manríquez, Omar Iván Camacho Mascareño et Santiago Barroso ont également été tués au Mexique, en lien direct avec leurs activités journalistiques. 

 

Le Mexique est classé au 144e rang sur 180 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse 2019 publié par RSF.