Actualités

25 mai 2018 - Mis à jour le 17 juillet 2018

Le blogueur algérien Merzoug Touati condamné à 10 ans de prison ferme

Après plus d’un an de détention provisoire, le blogueur Merzoug Touati a été condamné à dix ans de prison ferme et 50 000 dinars algériens d’amende. Reporters sans frontières (RFS) dénonce une condamnation disproportionnée et injustifiée.

Mise à jour : Merzoug Touati a été condamné le 21 juin 2018 à 7 ans de prison ferme après avoir fait appel de son premier jugement.

En détention provisoire depuis le 17 janvier 2017 à la prison d’El Khamis à Béjaïa, le blogueur Merzoug Touati a été condamné, le 24 mai 2018, à dix ans de prison ferme et 50 000 dinars algériens d’amende (360 €) par le tribunal de première instance de Bejaia, pour « intelligence avec une puissance étrangère » et « incitation à la rébellion ».


Le 9 janvier 2017, Merzoug Touati avait publié sur les réseaux sociaux un entretien skype qu’il avait eu avec un individu qui se présentait comme un diplomate israélien. Ce dernier affirmait qu’un bureau de liaison israélien avait existé à Alger dans les années 90.


“RSF dénonce cette condamnation disproportionnée et injustifiée, déclare Souhaieb Khayati directeur du bureau Afrique du Nord de RSF. Une publication sur les réseaux sociaux ne saurait conduire à des peines aussi lourdes de prison ferme. RSF appelle à l’abandon des charges qui pèsent contre le blogueur.”


Son avocat a indiqué qu'il allait s'entretenir avec son client pour savoir si celui-ci comptait faire appel.


L’Algérie est 136ème au Classement mondial de la liberté de la presse.